Pollution de l’air dans le métro lillois : le pire n’est pas forcément où on le croit

Vaut-il mieux être régulièrement exposé à de très fortes concentrations d’air pollué pendant un court laps de temps, ou respirer des quantités modérées de particules fines à longueur de journée ? C’est la question qu’a suscitée chez Mediacités la parution du dernier rapport d’Atmo Hauts-de-France sur la qualité de l’air dans le métro lillois.

métro 5-min
Photo : Brianne Cousin

Pas très propre, l’air que nous respirons chaque jour dans le métro lillois… C’est le constat, très étayé, de la dernière étude d’Atmo Hauts-de-France, publiée au début du mois. En 2021, les équipes d’Atmo ont évalué trois stations connues pour leur forte fréquentation ou pour la pollution de leur air : gare Lille Flandres, Porte des postes, et mairie d’Hellemmes. Elles se sont aussi rendues à l’intérieur des rames pour la première fois - Atmo a déjà réalisé des mesures de la qualité de l’air dans le métro en 2007-2008, en 2010 et en 2013-2014, mais n’avait jusqu’alors jamais franchi les portes automatiques du métro lillois.

Résultat, le nombre de particules fines inférieures à 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3) - appelées PM10 - et celles inférieures à 2,5 microgrammes par mètre cube - les PM 2.5 - a fortement diminué depuis 2010. Une baisse de l’ordre de 40% pour les PM10, et de 54% pour les PM2.5.

Si la nouvelle peut paraître réjouissante, leur nombre demeure quand même très élevé. Bien plus élevé que ce que recommande l’OMS en extérieur - il n’existe pas encore de recommandations pour les concentrations mesurées en intérieur. « La valeur OMS s’appuie sur des études épidémiologiques qui montrent qu’au-delà d’un certain seuil, on a des effets importants sur la santé. Mais dans un monde idéal, ce seuil est à 0 », soutient Véronique Riffault, enseignante chercheuse à l’IMT Nord Europe, au centre énergie et environnement. Ainsi les recommandations de l’OMS fixent une moyenne maximale quotidienne de de 15 µg/m3 pour les PM2.5 et de 45 µg/m3 pour les PM10.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Brianne Cousin