Pollution de l’air dans le métro lillois : le pire n’est pas forcément où on le croit

Vaut-il mieux être régulièrement exposé à de très fortes concentrations d’air pollué pendant un court laps de temps, ou respirer des quantités modérées de particules fines à longueur de journée ? C’est la question qu’a suscitée chez Mediacités la parution du dernier rapport d’Atmo Hauts-de-France sur la qualité de l’air dans le métro lillois.

métro 5-min
Photo : Brianne Cousin

Pas très propre, l’air que nous respirons chaque jour dans le métro lillois… C’est le constat, très étayé, de la dernière étude d’Atmo Hauts‐de‐France, publiée au début du mois. En 2021, les équipes d’Atmo ont évalué trois stations connues pour leur forte fréquentation ou pour la pollution de leur air : gare Lille Flandres, Porte des postes, et mairie d’Hellemmes. Elles se sont aussi rendues à l’intérieur des rames pour la première fois – Atmo a déjà réalisé des mesures de la qualité de l’air dans le métro en 2007–2008, en 2010 et en 2013–2014, mais n’avait jusqu’alors jamais franchi les portes automatiques du métro lillois.

Résultat, le nombre de particules fines inférieures à 10 microgrammes par mètre cube (µg/m3) – appelées PM10 – et celles inférieures à 2,5 microgrammes par mètre cube – les PM 2.5 – a fortement diminué depuis 2010. Une baisse de l’ordre de 40% pour les PM10, et de 54% pour les PM2.5.

Si la nouvelle peut paraître réjouissante, leur nombre demeure quand même très élevé. Bien plus élevé que ce que recommande l’OMS en extérieur – il n’existe pas encore de recommandations pour les concentrations mesurées en intérieur. « La valeur OMS s’appuie sur des études épidémiologiques qui montrent qu’au-delà d’un certain seuil, on a des effets importants sur la santé. Mais dans un monde idéal, ce seuil est à 0 », soutient Véronique Riffault, enseignante chercheuse à l’IMT Nord Europe, au centre énergie et environnement. Ainsi les recommandations de l’OMS fixent une moyenne maximale quotidienne de de 15 µg/m3 pour les PM2.5 et de 45 µg/m3 pour les PM10.

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Cet article concerne la promesse : 
Voir toutes les promesses de vos élus

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Favorite

Par Brianne Cousin