Grâce aux Football Leaks, transmis à Mediacités par le consortium European Investigative Collaborations (EIC) et Mediapart, nous disposons des contrats de plusieurs joueurs passés par Lyon ces dernières années. Entre les nombreux bonus touchés par les clubs et les étonnantes primes perçues par les joueurs, ils réservent leur lot de surprises...

Hugo Lloris : entre bonus et primes de défaite

Hugo Lloris est arrivé à Lyon en 2008, juste après la période glorieuse des sept championnats de France remportés consécutivement par le club. Même sans ce titre, le gardien des Bleus a marqué l'histoire du club par ses performances de haut vol. Pour preuve, il a été élu trois fois meilleur gardien de Ligue 1 en quatre saisons passées à l'OL ! Courtisé par plusieurs grands clubs, Lloris est transféré à Tottenham le 31 août 2012. Le club londonien débourse 10 millions d'euros, payés en 4 fois entre le 2 septembre 2012 et le 25 juin 2015. L'accord entre les deux équipes prévoit différents bonus en cas de qualification pour la Ligue des Champions, victoire dans une coupe nationale, victoire de l'Europa Ligue ou victoire du championnat d'Angleterre pour les saisons allant de 2012-2013 à 2015-2016. Le montant finalement touché par l'OL n'est pas mirobolant (dans le monde du foot business...), puisque Tottenham n'a obtenu qu'une seule qualification pour la Ligue des champions pendant ces quatre saisons. Ce qui représente 500 000 euros de bonus sur les 5 millions possibles.

L'OL pourrait toutefois encaisser une coquette somme cet été. Le club rhodanien a en effet négocié 20% de la somme perçue lors de la revente du joueur . . .

Il vous reste 65% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !