Elle en porte le nom sans en être encore vraiment une : l’Université de Lyon (UDL) pilote la fusion des universités Lyon-I, Lyon-III, Jean-Monnet (Saint-Etienne), de l’Ecole normale supérieure et de l’Institut national des sciences appliquées. Cet épineux chantier a été initié dans le cadre de l’Idex, « un label d’excellence » décroché en février 2017 et lancé par l’Etat pour encourager la création d’universités françaises capables de peser à l’international. Le dispositif agit comme une carotte géante : des dizaines de millions d’euros de financement – 25 millions d'euros par an pour Lyon – sont prévus à la clef.                     

A terme, la future méga-université lyonnaise rassemblera quelques 5 . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.