Il faut parfois feuilleter Lyon People. Fin septembre 2018, quelques jours après la publication du premier épisode de notre série d’articles consacrée à "L’empire Larose", le mensuel des nuits lyonnaises réalise un reportage-photo « exclusif » sur l’inauguration du club Azar, à la Confluence. Cette boîte de nuit, située sur les Docks, près de la Sucrière, est la propriété d’un quatuor composé de Benjamin Lavorel [aperçu dans notre récente enquête sur le groupe Lavorel], Sylvain Auclair et des frères Larose, Sylvain et Jean-Christophe. Avec plus de 600 invités, selon le journal people, la soirée se révèle être un condensé du tout-Lyon réputé si discret.

Sur les clichés, on croise Michel Le Faou, adjoint au maire de Lyon à l’urbanisme et vice-président de la Métropole chargé du même dossier. Il pose aux côtés de Caroline Auclair, ancienne journaliste du Progrès reconvertie dans la conciergerie de luxe. Un peu plus loin, on retrouve Michaël Peters, le patron franco-allemand d’Euronews, Agnès Benoist, directrice des relations presse de la ville de Lyon et de la Métropole, Jean-Claude Lavorel, propriétaire du nouvel hôtel du stade de l’Olympique lyonnais, et même… Michel Neyret, l’ancien grand flic et numéro 2 de la police judiciaire lyonnaise, condamné en appel en juin dernier à deux ans et demi de prison ferme pour corruption et association de malfaiteurs.

Politique, médias, culture, grands patrons, police : le raout du club Azar livre un aperçu des réseaux de Jean-Christophe Larose. Avec son air bonhomme et son sens aigu des affaires, le fondateur du groupe Cardinal a tissé sa toile dans tous les milieux du pouvoir lyonnais. Avec son portefeuille aussi… A travers sa holding Urban State Group – dont Mediacités a consulté les comptes –, le promoteur . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !