Ugo Bernalicis, l’insoumis qui se rêve en premier flic de France

Plainte contre le ministre de la Justice, dénonciation de magistrats pour parjures, candidature aux régionales : depuis la rentrée, Ugo Bernalicis est en pleine offensive. Le jeune député, qui a préempté les questions de police-justice à la France Insoumise, ne veut pas rester plus longtemps au second plan. Car il l’a décidé dès l’âge de 15 ans : il vivra pour et par la politique.

Bernalicis(1)
Le député La France Insoumise Ugo Bernalicis lors du débat sur les retraites le 20 février 2020. / © Photo : Jacques Witt/SIPA

Mercredi 21 octobre, à la Commission des Lois de l’Assemblée nationale, Eric Dupond-Moretti a sa tête des mauvais jours. Ugo Bernalicis parle et ça l’horripile ! Il faut dire que l’Insoumis vient de déposer un signalement contre le ministre de la Justice pour « prise illégale d’intérêts » et « intimidation de magistrats ». Furieux, Dupond-Moretti refuse de répondre à ses questions sur le budget 2021 et fait mine de passer à autre chose. « Vous énervez pas, monsieur le ministre ! » lui lance le jeune insolent, l’œil rieur. « Je suis très calme... Oui oui, M. Bernalicis, vous pouvez prendre mon pouls, mon cœur bat lentement », fulmine l’ancien ténor du barreau.

Cette prise de bec n’aura pas fait avancer d’un pouce le débat sur le budget de la Justice. La vidéo est pourtant aussitôt publiée sur les réseaux sociaux par le député. Qui twitte : « @EDupondM boude mes questions parce que j'ai déposé plainte contre lui ! » Et déclenche illico une salve de commentaires louangeurs : « Bravo Ugo, belle maîtrise », « Merci quand même pour le boulot fourni monsieur le député ! ». Le fan club France insoumise applaudit, ravi. Son héros a fait sortir le ministre de ses gonds !

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 13 minutes

Par Sylvain Marcelli