Ancien SDF devenu agent immobilier, Jean‐Pierre Boudhar loge des personnes en difficulté

C’est un patron un peu déjanté, qui a eu une drôle d’idée. Aujourd’hui à la tête de trois agences immobilières, le Lambersartois Jean-Pierre Boudhar a passé sa jeunesse dans des foyers et dans la rue. Ce parcours l’a amené à acheter des immeubles pour loger des personnes qui, comme lui, ont un jour été dans le besoin. Récit.

Jean-Pierre Boudhar dans son agence immobilière, à Lomme. Photo : Brianne Cousin

Des lunettes rondes et orange, une chemise aux motifs psychédéliques. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Jean‐Pierre Boudhar est une personne haute en couleur. Dans l’immobilier depuis vingt‐cinq ans, il est aujourd’hui à la tête de trois agences. C’est à Immoclef, à Lomme, qu’il nous donne rendez‐vous. Il nous accueille en chantonnant Angèle (en boucle) et en nous proposant un pain au chocolat. « On est bien nourris chez Immoclef !, ironise son assistante, Angélique Domont. Jean‐Pierre veut faire un régime mais, comme il craque tout le temps, il se donne bonne conscience en nous donnant des petits pains tous les matins. » Derrière lui, la photo de son chien, Nana, la « mascotte d’Immoclef », s’étale en grand sur le mur. À ses pieds, Lola, le chien d’Angélique Domont, réclame de l’attention.

Dans le quartier, l’agent immobilier « connaît tout le monde ». La visite est ponctuée de « bonjour ! », lancés çà et là aux passants. Les Lommois le reconnaissent parce qu’il a déjà raconté son histoire il y a quelques années. Et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : il va commencer l’écriture d’un livre autobiographique en février 2022. S’il est connu sous le nom de Boudhar, il préfèrerait le signer de celui de sa mère, Totain, qu’il espère porter officiellement d’ici peu. Qu’a‑t-il de si spécial à raconter ? L’homme de 64 ans nous l’explique, pas peu fier. Direction la ville voisine de Lambersart, à quelques minutes en voiture. C’est là qu’il loge une dizaine d’anciens sans‐abris, pour un loyer symbolique, entre 82 et 92 euros euros par mois. Et dans un second immeuble qui lui appartient, à Lomme cette fois‐ci, dix autres personnes sont logées dans ces mêmes conditions. L’un des bâtiments est sur le point d’être vendu à son beau‐fils, mais l’accueil et le principe resteront les mêmes, promet l’agent immobilier.

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Favorite

Par Brianne Cousin