«Princesse Leia », la surnomme affectueusement Yann Faure, responsable de la France Insoumise dans le 4e arrondissement, face à un parterre de journalistes. A ses côtés, Nathalie Perrin-Gilbert laisse échapper un rire gêné, avant de prendre la parole. Vendredi dernier, la maire du 1er arrondissement de Lyon et son acolyte esquissent un début de programme pour « Lyon en commun », leur mouvement politique fraîchement créé pour les élections municipales de 2020.

En quelques années, Nathalie Perrin-Gilbert – dite aussi « NPG » – s’est forgée l’image de l’opposante n°1 à Gérard Collomb, au point d’être comparée à l’héroïne de la saga Star Wars. La métaphore date de novembre 2018, lorsque NPG alpague le maire de Lyon pendant le conseil municipal qui lui rend son trône après sa démission du gouvernement. Elle compare l’ex-ministre de l’Intérieur au sombre monarque de la Guerre des Etoiles : « Vous avez retrouvé votre siège de maire à la faveur d'un jeu démocratique qui rendrait jaloux l’empereur Palpatine lui-même ». Avant de lister « 15 000 raisons de ne pas revenir » à la tête de la ville, soit le nombre de jours passés depuis la première élection de Gérard Collomb en 1977. La formule fait mouche et le compteur s’affole : la vidéo de son intervention affiche près de 1,5 million de vues en quelques jours.
« Je me mets déjà dans la peau de la candidate »
Ce « buzz » a braqué les projecteurs sur le 1er arrondissement de Lyon et ses 30 000 habitants. Un quartier de gauche, marqué par l’héritage des canuts, qui se vit en village d’irréductibles face aux Marcheurs lyonnais. A 47 ans, sa maire, en poste depuis 2001, en est à son troisième mandat. Charismatique, l’élue est réputée pour son opposition au « modèle Collomb » et sa pugnacité sur certains dossiers. Dans ses nouveaux éléments de langage, elle entend « déconfisquer Lyon », lutter contre la privatisation et la « macronisation » de la ville, au profit d’un projet « humaniste, écologique et démocratique ».                                      

NPG fascine. NPG divise aussi. Une sécession a eu lieu récemment dans son propre camp. Six élus du Gram  ont quitté la majorité suite à des désaccords humains pour constituer une autre plateforme de gauche, « La Manufacture de la Cité ». Officiellement, l'édile est déjà passée à autre chose. Elle 

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Daphné Gastaldi / We Report
Journaliste en presse écrite et radio, basée à Lyon, Daphné Gastaldi a cofondé le collectif de journalistes indépendants We Report. En France comme à l’international, elle réalise des enquêtes et des sujets au long cours. En 2017, elle révèle l’ampleur des abus sexuels couverts par l’Eglise catholique de France sur Médiapart (finaliste de l’European Press Prize) et dans l’émission Cash investigation en tant que collaboratrice (Premières Lignes, France 2, 2017 ; prix Europa 2017 et finaliste du prix Albert-Londres 2017), avec Mathieu Martiniere et Mathieu Périsse. Elle est également co-auteur du livre d’investigation « Eglise, la mécanique du silence » (JC Lattes)