Face à la justice, le combat de Marianne Thion, « colleuse » nantaise féministe

Alors que Nantes accueille les Assises nationales de lutte contre les violences sexistes, s’ouvrira lundi le procès de quatre colleuses mises en cause suite à une altercation avec la police. Marianne Thion, qui a déjà perdu son emploi et dû quitter Nantes, risque le plus gros.

2022-11-Collage-Feministe-Nantes
« 99% des viols sont impunis par la justice ». Collage féministe sur les murs de Nantes. / Photo : Marianne Thion

Après ce qu’elle qualifie de « véritable cauchemar », Marianne Thion a quitté Nantes pour s’installer dans un petit village en Auvergne, près de chez sa sœur. Dans l’attente de son procès, elle essaye de trouver un peu de sérénité en s’occupant de son jardin. Sa bible ? Le « Petit traité du jardin punk » : « Quand on est punk un jour, on est punk toujours », aime à dire cette femme aux cheveux courts et au visage souriant.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Frédérique Letourneux