#MeToo : Grace, survivante de la prostitution à Toulouse, témoigne

Nous avons rencontré Grace à la veille de la grande journée de mobilisation contre les violences faites aux femmes. Ancienne prostituée à Madrid et Toulouse, elle raconte son calvaire sous le joug d’un proxénète nigérian et son combat pour s'en sortir.

grace ancienne prostituee
Photo : Rozenn Le Saint.

Les rares morceaux de peau que son chemisier noir boutonné jusqu’au cou laisse apparaître révèlent deux imposantes cicatrices. « Je ne sais même pas s’il s’agit de coups de couteau. Il m’avait jeté de l’alcool dans les yeux avant de me frapper, je ne voyais rien », se souvient douloureusement Grace (son prénom a été modifié), 26 ans. « Il », c’est le maquereau nigérian qui l’a exploitée pendant quatre ans à Madrid. Chaque matin, en rentrant du tapin, elle devait se déshabiller entièrement, encore une fois, pour montrer qu’elle ne cachait pas d’argent : il prenait tout.

Viols, passages à tabac, prostitution forcée, ménage... « J’étais son esclave », souffle-t-elle. Des plaies toujours ouvertes qu’elle tente de panser à coups de séances chez une psychologue toulousaine, sur les conseils du Mouvement du Nid 31, qui milite pour l’abolition de la prostitution. Nous la retrouvons à l’antenne parisienne de l’association, au sortir d’un long trajet nocturne en train, ce jeudi 22 novembre. Elle a tenu à se rendre dans la capitale à l’occasion d'un événement organisé par l’association, avant la grande journée contre les violences faites aux femmes du 24 novembre, et intitulé : « Les survivantes de la prostitution prennent la parole ». Ashley Judd, actrice américaine devenue le visage du mouvement #Metoo, a aussi fait le déplacement.

Grace a les yeux encore endormis. Un café et les souvenirs se réveillent. Elle raconte son cauchemar, son fils de trois ans rêvant dans ses bras. « Petite, je rêvais d’être avocate », avoue-t-elle timidement. Son premier viol remonte à ses 11 ans. « C’est pour . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Rozenn Le Saint