Professionnels de la protection de l’enfance : « Le don de soi a ses limites »

Éducateurs spécialisés à Roubaix, Élodie Willemot et Alexandre Domagala témoignent pour l’ensemble de leurs collègues de l’état déplorable du secteur de la protection de l’enfance. Une situation aggravée par la crise sanitaire et qui justifie une nouvelle grève nationale ce 11 janvier.

AGSS.ProtectionSociale.2
Elodie Willemot et Alexandre Domagala devant les locaux roubaisiens de l’AGSS, acteur important de la protection de l’enfance en milieu ouvert. Photo JT pour Mediacités.

L’entretien dura près de deux heures. Deux heures d’échanges graves et déterminés dans cette antenne roubaisienne de l’AGSS, une grosse association de protection de l’enfance. De l’autre côté de la table, Élodie Willemot et Alexandre Domagala racontent leur quotidien. Celui d’éducateurs spécialisés en milieu ouvert, selon le jargon en vigueur. En clair, ils sont les « fantassins du social ». Des hommes et femmes qui, missionnés par un juge des enfants, vont au-devant des familles, sur le terrain, dans les écoles ou les domiciles, pour venir en aide aux mineurs en difficulté. Drogue, violences familiales, alcoolisme, fugue, surendettement, petite délinquance, harcèlement scolaire… Les problèmes sont multiples. Et de plus en plus complexes à régler.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Jacques Trentesaux