À partir de ce jeudi 9 décembre sur sa plateforme en ligne et jeudi 16 décembre à 23h20 sur sa chaîne, Arte va diffuser le court-métrage "Les Splendides". Réalisé par la jeune réalisatrice toulousaine Meryem Bahia Arfaoui, ce petit film percutant a obtenu le Grand Prix Arte dans le cadre du concours « Et pourtant elles tournent ». Il fait partie des 17 œuvres retenues parmi 800 proposées.

Passée par l'école de cinéma "L'avenir en court" porté par l'association D.E.F.I Production installée à la Reynerie, la réalisatrice est déjà l'auteure d'un très sensible premier film Les crapules, également tourné à la Reynerie. Dans ce nouvel opus, elle donne la parole à des "meufs de la cité". Au pied des barres, trois jeunes femmes échangent sur leur quotidien et leur rapport à leur cité toulousaine. Des espaces urbains dont elles disent - avec les mots les plus justes, ceux des concernées - la dureté et le poids de la stigmatisation sociale, mais aussi la solidarité, la vie, la rage, "la famille". Un échange ciselé que Meryem Bahia Arfaoui capte avec pudeur, donnant à voir et à entendre ces paroles de filles et de femmes "des quartiers", trop souvent inaudibles et invisibilisées.

Dans la foulée, la talentueuse Toulousaine a décroché un contrat de développement d'un film documentaire de 52 minutes avec Arte. Au regard de ses premières œuvres, on l'attend avec impatience.