A Vaulx-en-Velin, de l’eau de rose pour « casser l’image de béton »

Depuis plus de cinq ans, des habitants de plusieurs banlieues lyonnaises cultivent et distillent des roses de Damas. L'eau florale artisanale ravive les souvenirs familiaux et favorise un nouveau rapport collectif à la nature. Reportage à Vaulx-en-Velin.

20210922_143254
En septembre 2021, les habitants de Vaulx-en-Velin ont distillé leur récolte annuelle de roses. Photo : MP

«Aïe ! » La tête dans le buisson, Lydia retire doucement sa main égratignée par les épines. « Les roses sont farouches cette année », rigole la retraitée en déposant le fruit de ses efforts, quelques boutons de rose à peine éclos, dans son panier en osier. « T’as pas la technique, il faut les attraper par en dessous », s’amuse Andrée, à moitié engloutie dans le bosquet voisin.

Ce matin de mai 2021, elles sont une dizaine de femmes, sexagénaires pour la plupart, à se livrer à cet étrange ballet, au pied des tours du chemin du Grand Bois, à Vaulx-en-Velin. Dans ce petit espace de verdure, à deux pas du quartier du Mas du Taureau, s’épanouissent 80 pieds de rosiers. Le printemps est presque passé, c’est l’heure de la récolte.
Projet « poético-agricole »
La tradition s’est installée depuis plus de cinq ans. Lydia, André, Philippa, Magalie et les autres cueillent une à une les fleurs, avant de les trier et de les faire sécher. Les mains et les paniers s’imprègnent peu à peu d’une odeur douce. Dans quelques mois, la récolte sera distillée à l’occasion d’une fête de quartier pour produire quelques litres d’eau de rose made in Vaulx-en-Velin. Une fierté locale doublée d’une vraie réussite collective, que Mediacités a suivi tout au long du millésime 2021. 

Le projet « poético-agricole » a pris racine à partir de 2014, du côté de Mermoz, dans le 8e arrondissement de Lyon. A l’époque l’artiste-paysan Thierry Boutonnier participe à une résidence dans le quartier. Au détour d’une rencontre, des habitants lui servent de l’eau de rose. Comme un déclic. « On était en pleine guerre en Syrie. La rose de Damas est un symbole fort de l’hospitalité et de la manière donc les gens peuvent vivre ensemble. Nous avons décidé d’en planter et de distiller les fleurs pour créer . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Mathieu Périsse