C’est sans doute par superstition que le maire sortant LR, soutenu entre autres par LREM, a fait le choix de la sobriété avant d’être sûr de sa victoire. Il faut dire que trois sondages successifs le donnaient perdant ces dernières semaines, le dernier accordant 50,5 % des intentions de vote à son adversaire Antoine Maurice et sa liste d’union de la gauche (Citoyens, EELV-PS-LFI-PCF).

Vers 19h30, alors que les Toulousains votent encore, rien ne filtre sur l’emploi du temps de Jean-Luc Moudenc en ce jour de deuxième tour. « Il attend les résultats en privé », annonce son porte-parole et 43e colistier Pierre Esplugas. Une heure plus tard, impossible en effet de passer la porte du local de campagne de la place Wilson. Jean-Luc Moudenc a accepté la présence d’une poignée de photographes, et passe son début soirée dans le calme, en compagnie de ses deux filles. Une sobriété, qui tranche avec la convivialité régnant en ce début de soirée du moins, quelques centaines de mètres plus loin au restaurant le J’Go, avec l’équipe d’Archipel Citoyen.

« Nous n’avons pas prévu de rassemblement pour éviter les attroupements, problématiques avec le virus », confirme Sébastien Canovas, responsable des jeunes LR31. « En tractant sur les marchés, j’ai ressenti que les Toulousains avaient pris la mesure des deux candidats. Il y a eu un tournant ces 15 derniers jours. La gestion du Covid a confirmé la stature de notre maire », pronostique le jeune militant, tout en s’en remettant . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !