Villeurbanne passé à l’insecticide
 Fallait-il asperger Villeurbanne d’insecticide ? La question se pose quelques jours après une opération de démoustication dans la partie sud des Gratte-ciel (entre les rues Louis Becker, du 4 août 1789 et Racine, ainsi qu’au square Jacques-Prévert). Après un cas de dengue relevé dans le quartier (maladie transmise par le moustique-tigre), l’Agence régionale de santé (ARS) a sorti les grands moyens : dans la nuit du 3 au 4 septembre, elle a missionné les équipes de l’Entente interdépartementale Rhône-Alpes pour la démoustication (EIRAD). Celles-ci ont vaporisé de l’Aqua-K-Othrine entre les immeubles.

Consignes avaient été passées auprès de la population du périmètre concerné de rester à l’intérieur jusqu’à une demi-heure après l’opération, de fermer les fenêtres, de rentrer mobilier de jardin et jeux d’enfants. Il faut dire que l’insecticide en question, commercialisé par le groupe Bayer, n’est pas sans conséquences. D’après la « fiche de données de sécurité » du produit, que Mediacités reproduit ci-dessous, l’Aqua-K-Othrine « peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires », « provoquer une allergie cutanée » et se révèle « très toxique pour les organismes aquatiques », entraînant des « effets néfastes à long terme ». Autrement dit : il nuit autant à la santé qu’à l’environnement. Il contient de la deltaméthrine, un composé chimique que l’on retrouve dans plusieurs pesticides utilisés dans l’agriculture, à « la toxicité élevée » selon l’Institut national de recherche . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !