Ville de Lyon : les jardinières de la discorde

Jamais pots de fleurs n’auront été si politiques… L’expérimentation menée par la ville de Lyon de « végétaliser » des rues de la Presqu’île comme Edouard-Herriot – comprendre poser des bacs géants plantés d’arbustes et de petites fleurs – tourne à l’orage. En juin, la présentation du projet avait fait bondir les associations de cyclistes : sur les vues en trois dimensions, les jardinières en question occupaient la quasi-totalité de la voie des bus et des vélos. Craintes confirmées depuis la rentrée : les amateurs de la petite reine et les autocars se retrouvent mêlés au flot de voitures de la rue Edouard-Herriot. « La Presqu’île est moins cyclable que le reste du territoire donc on demandait de véritables améliorations, au lieu de ça, on a un projet qui vient prendre notre place », tempête sur BFM Lyon Fabien Bagnon, co-président de La Ville à vélo. Pas top pour une mesure censée reverdir l’action municipale de Gérard Collomb…

Ce lundi, en conseil municipal, l’opposition s’est engouffrée dans les pots de fleurs. « Le coup politique escompté s’est totalement retourné contre vous », attaque Stéphane Guilland en s’adressant au maire de Lyon. En faisant le lien avec les nuisances nocturnes, l’autre dossier polémique de la Presqu’île, le chef de file LR joue sur du velours : « Face à l’intranquillité du centre-ville, vous répondez à l’exaspération des habitants par quelques plantes vertes (…) Monsieur le maire, la colère gronde. »    

Missionné pour défendre les pots de fleurs, l’adjoint aux espaces verts Alain Giodarno réplique. Ou plutôt tente de justifier l’opération. Pour végétaliser en « milieu hostile » – comprendre quand les sous-sols sont trop encombrés pour planter en pleine terre – « les bacs sont la solution ». Mieux, la hauteur des jardinières présenterait l’avantage de protéger les végétaux des « agressions canines » – comprendre (bis) des crottes de chiens. L’avalanche de critiques contre les jardinières de Gérard Collomb n’a en tout cas pas découragé Etienne Blanc de proposer les siennes. Le candidat des Républicains à l’élection municipale de Lyon a présenté la semaine derni . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois