Métropolitaine : Kim enterre l’Anneau
Non, il ne s’agit pas d’un chapitre inédit de la saga de Tolkien mais du dernier épisode de la campagne métropolitaine. Après des mois (des années) d’hésitation, David Kimelfeld a tranché : il ne fera pas « l’Anneau des sciences » (ADS), le périph’ ouest. « Un projet d’une autre époque », considère désormais le président sortant du Grand Lyon, candidat à sa réélection, dans un entretien avec Lyon Capitale. Il y a trois semaines, le même tergiversait devant le Medef local [lire L’Œil de Mediacités du 19 novembre] : « L’Anneau ne se fera peut-être pas… ou alors très partiellement », évoquant la portion entre les portes du Valvert et d’Alaï.

Que s’est-il passé ces derniers jours pour précipiter la prise de position de David Kimelfeld ? « J’ai toujours dit que je me prononcerai quand j’aurais tous les éléments à ma disposition sur le financement ou sur la possibilité de créer des voies réservées aux bus, une fausse bonne idée », a-t-il avancé en conférence de presse ce lundi. Il était temps ! Son annonce intervient deux jours après celle de son adversaire François-Noël Buffet. Le sénateur LR qui brigue aussi la présidence du Grand Lyon plaide, dans les colonnes du Progrès, pour « un moratoire » : « Le principe de l’ADS est nécessaire, mais il me semble que l’existant n’est plus acceptable ». L’ancien maire d’Oullins prône notamment « un tracé plus large ».

« Kim » reprend donc la main sur le dossier, mouchant au passage, dans Lyon Capitale, son ex-mentor « qui pense prendre un temps d’avance avec une infrastructure qui a déjà 30 ans de retard ». « Gérard Collomb est aujourd’hui le seul candidat qui veut l’ADS », enfonce-t-il le clou. Et d'obliger ses soutiens, pioch . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois