Insultes et soupçons d’emploi fictif : la Collombie se disloque en direct
Quoi de mieux qu’une cour pour un combat de coq ? Surtout celle de l’hôtel de ville. Ce lundi 18 novembre, le conseil municipal de Lyon fut le théâtre de fortes tensions. Avant même le début de la séance, Roland Bernard, élu proche de Gérard Collomb, s’en est pris aux membres du tout nouveau groupe Progressistes et Républicains, composé de membres de la majorité ayant rejoint David Kimelfeld pour 2020. Évoquant le film « Les Douze salopards » (le groupe ne compte en réalité que onze élus), Roland Bernard s’en est ensuite violemment pris au député Thomas Rudigoz, l’un de ses représentants. « Traître », « minable », « tu crois que tu me fais peur ? », « tu n’as jamais rien fait de ta vie »,  lui a-t-il lancé, en roue libre, devant les caméras de France 3 et quelques élus interloqués. Un « dérapage outrancier » aussitôt dénoncé dans un communiqué par le groupe Progressistes et Républicains, qui a demandé à Gérard Collomb de le condamner. 

Chaude ambiance aussi à l’intérieur. Les passes d’armes s'enchaînent au sujet du rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) sur la gestion de la Ville qui a monopolisé les débats pendant trois heures. Objet de tous les regards : les soupçons d’emploi fictif entourant la carrière de Meriem Nouri, l’ex-compagne de Gérard Collomb. Ce dossier fait l’objet d’une enquête préliminaire du parquet national financier ouverte cet été et a déjà donné lieu à deux perquisitions à la Ville et au domicile de Gérard Collomb [lire notre article Gérard Collomb : le sens de la famille]. Dans son rapport, la CRC estime qu’elle « ne dispose . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !