L’œil de Mediacités – C’est Dallas dans la santé nantaise ; Pauvreté en Loire-Atlantique ; start-ups et exilés…

CHU, Confluent, clinique urologique... le monde hospitalier nantais en ébullition ; Jean-Yves, Clementé, Alphons, Dominique, Philippe et Christophe, morts à la rue à Nantes ; Visages de la pauvreté en Loire-Atlantique ; Start-ups et pauvreté ; FrenchTech... Bref, la semaine nantaise sous le regard de Mediacités

Logo Nantes Tapis

CHU, Confluent, Urologie : c'est Dallas dans la santé nantaise
De mémoire de professionnel de santé, « on avait jamais vu un tel bazar à Nantes ». Du mastodonte généraliste aux petites cliniques spécialisées, du public au privé, des simples salariés aux puissants actionnaires, de rachat en liquidation judiciaire, le secteur hospitalier nantais a connu une semaine pour le moins agitée. Revue de détails des dossiers qui secouent le petit monde de la santé.

  • La fronde contre le transfert du CHU reprend de plus belle

100. Ils sont finalement 100 à avoir signé un appel contre le transfert du CHU sur l’île de Nantes à l’horizon 2026, publié lundi 1er avril dans Presse-Océan. Alors que l’enquête publique sur ce projet pharaonique est ouverte jusqu’au 26 avril, ces « personnalités » protestent « contre la loi du silence entourant le projet d’implanter un nouveau CHU à Nantes, dans une zone inondable et hyper-densifiée ». Parmi les signataires, on retrouve ainsi des médecins, des responsables hospitaliers (retraités ou en exercice), des chefs d’entreprise, des universitaires, des ingénieurs, des ambulanciers, et cætera, et cætera.

Principal porte-voix de ce prestigieux aréopage, Jean-Claude Guyard, le président du Galea (Groupement d'Analyses et d'Études de Loire-Atlantique), association historique d’opposition au transfert du CHU, était interrogé deux jours plus tard dans les colonnes de Presse-Océan, à nouveau. Dans cette interview, il détaille les raisons de la fronde : accessibilité du site, risques d’inondations, survol par les avions et, surtout, le coût prohibitif du projet (sur lequel Mediacités a enquêté il y a quelque temps). « Ce projet est celui de tous les scandales. C’est un scandale financier, un scandale administratif, un scandale . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Benjamin Peyrel