Comment Jean-Marc Ayrault a obtenu « au forceps » la Fondation pour la mémoire de l'esclavage
Vendredi 10 mai, dans les jardins du Luxembourg à Paris, Emmanuel Macron commémorait le souvenir de l’esclavage et de son abolition, en annonçant officiellement la création d’une fondation dédiée à cette page sombre de l’histoire de France. L’idée n’est pas récente, puisque François Hollande avait confié cette mission à son ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, il y a maintenant trois ans. Mais après une longue attente, les choses sont désormais en bonne voie : le 30 avril dernier, le Conseil d’État (qui doit encore les valider) a reçu les statuts de la future fondation, qui devrait ouvrir ses portes en 2020, dans l’ancien hôtel de la Marine rénové, place de la Concorde.

Il aura donc fallu quatre ans à l’ancien maire de Nantes pour mener à bien ce projet. Quatre ans et surmonter un certain nombre de difficultés, que décrit  l’hebdomadaire Le Point, dans sa livraison . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois