Municipales 2020 : sur la sécurité, Laurence Garnier promet du... jamais vu

C’est son thème de bataille depuis déjà plusieurs mois et elle ne compte pas le lâcher. Mardi 15 octobre, au lendemain du lancement officiel de la campagne de Johanna Rolland, Laurence Garnier dévoilait son « plan d’urgence pour la sécurité » à Nantes. L’un des sujets à propos duquel la maire sortante reconnaissait justement lundi soir qu’elle aurait pu « mieux faire ». Et du « mieux », c’est justement ce que propose la candidate Les Républicains à la prochaine élection municipale. Du « mieux » ou en tout cas du « plus », puisqu’elle promet, en cas d’élection, de doubler les effectifs de la police municipale en recrutant 115 nouveaux agents en trois ans, de les armer d’armes létales plutôt que de tasers, ou encore d’installer 100 caméras de vidéo-surveillance supplémentaires. Du « plus », donc, mais aussi du « moins », puisque ces mesures (chiffrées, tout de même, à une cinquantaine de millions d’euros sur le mandat) doivent lui permettre de réduire de « 30 % la délinquance à Nantes » en six ans, si elle est élue.

Il vous reste 79% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.