Un entrepôt espagnol du géant américain du e-commerce, Amazon. / Photo : Creative Commons

Amazon à Montbert, le clap de fin ?

Le projet d’implantation d’un gigantesque entrepôt d’Amazon sur la commune de Montbert (3100 habitants), à 25 kilomètres au sud de Nantes, semble avoir du plomb dans l’aile. En mars 2020, le géant américain avait déposé un permis pour construire un bâtiment de 185 000 mètres carrés sur le site d’un ancien hôpital psychiatrique, suscitant la colère du Collectif Stop Amazon 44, composé de syndicats, d’associations, de militants et de riverains, ainsi que l’opposition de nombreuses personnalités et élus, parmi lesquels le président (PS) du Département, Philippe Grosvalet ou le premier adjoint à la maire de Nantes, Bassem Asseh.

Vendredi 5 mars, on apprenait dans Presse-Océan que tous pouvaient – pour un temps au moins – être rassurés. « En l’état, il n’y a plus de projet Amazon à Montbert », affirme ainsi un haut-fonctionnaire au quotidien, qui explique que la filiale d’Amazon chargée du projet (qui répond au doux nom d’Ory4fulfillment) n’a pas déposé en temps et en heure le dossier nécessaire au lancement d’une enquête publique. Cette étape étant « incontournable », comme le précise la préfecture, le projet se trouve de fait bloqué et l’ouverture éventuelle de la plateforme repoussée au delà de 2023.

Pas d'abandon officiel

Amazon a-t-il pour autant définitivement abandonné ses vues sur Montbert ? Difficile à dire. Stop Amazon 44 pour sa part semble y croire. « Nos résistances et notre persévérance ont participé à ce retrait probable », se félicite-t-il. Un cri de victoire qui reste tout de même mesuré. « C’est une bonne nouvelle qui ne doit pas toutefois être considérée comme définitivement acquise, explique-t-il sur sa page Facebook. Dans tous les cas, et compte tenu des méthodes employées, nous jugeons préférable de maintenir notre décision de déposer, à titre conservatoire, un recours contentieux contre le permis d’aménager modificatif. » Le collectif maintient également la manifestation prévue sur le site le 17 avril prochain.

Une prudence qui s’explique notamment par la réaction des élus de la commune et de la communauté d’agglomération, favorables au projet depuis l’origine. Interloqués par le silence et l’inaction d’Amazon, ils continuent néanmoins d’espérer en attendant que le géant du e-commerce fournisse plus d’éclaircissements.

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.

Précédemment dans l'Oeil

Mué en emblème national, le futur CHU de Nantes devient « irrémédiable » selon Jean Castex

En visite à Nantes pour poser la première pierre du - très controversé - futur CHU de la ville, le Premier ministre a fait du projet l'emblème du Ségur de la Santé, lancé en mars 2020. Comme lui et malgré les doutes et les oppositions, la maire (PS), Johanna Rolland, juge désormais le projet irréversible.

Loire-Atlantique : ces cliniques et hôpitaux qui opèrent des cancers sans autorisation

Une enquête de Cash investigation dévoile les statistiques d’opérations par établissement et par type de cancer. A Nantes et en Loire-Atlantique, plusieurs hôpitaux ou cliniques ne respectent pas les seuils requis pour certaines activités.