Hausse des hospitalisations en psychiatrie à l’hôpital des enfants de Toulouse à cause du confinement

Le service des urgences pédo-psychiatriques connaît un afflux anormal d'arrivées à Toulouse, du fait du confinement et de la crise sanitaire. Les personnels tirent la sonnette d'alarme.

HOPITAL DES ENFANTS-08(1)
Un jeune patient à l’hôpital des Enfants de Toulouse. / © Frédéric Scheiber

C’est un communiqué de la CGT du CHU de Toulouse qui a sonné l’alerte. Depuis plusieurs mois, un afflux anormal d’enfants et adolescents en détresse est constaté aux urgences pédo-psychiatriques du CHU de Toulouse. « C’est une crise psychiatrique liée à l’épidémie de Covid et nous ne sommes malheureusement pas arrivés au sommet de cette vague », prévient Jean-Philippe Raynaud, chef du service psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent du CHU de Toulouse.

Habituellement, l’hôpital des Enfants accueille en moyenne 8 à 10 jeunes par jour, après un passage par les urgences pédo-psychiatriques. « Aujourd’hui, ils sont en moyenne une vingtaine. Beaucoup ont entre 10 et 15 ans, mais nous avons également de grands ados qui sont redirigés vers les services psy du CHU pour les adultes », précise Sarah Viguier, directrice de l’hôpital des Enfants.     

Parmi les pathologies observées chez ces jeunes patients toulousains : des jeunes filles souffrant de graves anorexies, des adolescents entrés dans la schizophrénie, et d’autres ayant attenté à leur vie, un phénomène en hausse chez les moins de 17 ans, selon une récente étude de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanie. « Les causes de ces maladies sont en général multi-factorielles, mais les longues périodes de confinement peuvent en avoir été le déclencheur, explique . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Frédéric Dessort