Les comptes des sociétés qui gèrent les autoroutes viennent d'être publiés par l'Autorité de régulation chargée de contrôler les tarifs des péages et ils vont - encore - faire couler beaucoup d'encre... Le taux de marge nette moyen des sociétés d'autoroutes en 2017 ? 34,7%. En comparaison, les sociétés du CAC 40 avaient un taux de marge nette moyen de 6 % en 2016. Privatisées en 2005, les sept sociétés qui gèrent le réseau appartiennent à Vinci, Eiffage et Abertis et génèrent des profits maximum grâce à une équation simple : elles perçoivent les péages et font des investissements a minima maintenant que le réseau est mature. A Toulouse, le débat resurgit régulièrement dans une agglomération « encerclée par les péages », selon les mots de Marc Péré, le maire divers-gauche de L'Union, une commune de 11 500 habitants située au nord de la métropole. Monsieur le Maire sait de quoi il parle : il mène le combat pour la suppression du péage de L'Union, sur l'A68, depuis presque 20 ans !

D'abord élu d'opposition à L'Union, face au maire sans étiquette Georges Beney, à qui il a succédé en 2014, Marc Péré était membre du Collectif Anti-Péage A68 (CAPA 68), connu notamment pour des opérations péages gratuits

Les opérations p . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 77% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.
Isabelle Jarjaille
Journaliste indépendante​ depuis 2011​, j'enquête sur la gestion des services publics par le privé et son impact sur les finances publiques.​ ​Mon livre enquête "Services publics délégués au privé, à qui profite le deal ?" est sorti le 27 mars 2018​. ​Je suis également en charge du cours Techniques d'enquête en licence Info Com à l'IUT de Lannion et je porte un projet d'éducation aux médias dans deux lycées agricoles. Je suis membre du bureau du Club de la presse de Bretagne, pour promouvoir les médias et ceux qui les font au quotidien : les journalistes, notamment les pigistes.