Un an d’enquête à la Boissière, à Nantes : une plongée au « bout du monde »

À Nantes Nord, le nom des territoires indique qu’on arrive aux confins de la ville : Bout-des-Pavés, Bout-des-Landes... Quant à celui de “Boissière”, il évoque un espace sauvage. Construit rapidement au sortir de la guerre, le quartier fait aujourd'hui l'objet d’un vaste projet de rénovation urbaine. Une opération qui vient percuter le quotidien des habitants.

Boissiere_Une
Dans le quartier de La Boissière, à Nantes Nord, où une opération de rénovation urbaine a débuté. / © Frédérique Letourneux et Elvire Bornand

Avec ce premier article, c’est une expérience exceptionnelle à laquelle Mediacités vous propose de participer. Exceptionnelle par sa durée, d’abord. Pendant au moins un an, nous vous proposerons de plonger dans le quotidien des habitants de La Boissière, un quartier du nord de Nantes en pleine rénovation urbaine. A raison d’un article par mois, que vous retrouverez sur une page spécialement dédiée à l’opération, nous vous décrirons les bouleversements engendrés par ce chantier hors du commun. Exceptionnelle dans sa forme ensuite, à la croisée des chemins entre l’enquête sociologique et le récit journalistique. Immergées à La Boissière depuis plus d’un an, Frédérique Letourneux et Elvire Bornand, deux sociologues nantaises menant un travail ethnographique dont elles tirent notamment le podcast La Bonne cage, ont accepté de prendre la plume en plus de leur micro pour raconter ce quartier et ce chantier. Exceptionnelle, enfin, par ce que permettent à la fois cette durée et ce regard singulier : une plongée inédite et détaillée dans la vie d’un secteur populaire de Nantes, par delà les clichés généralement véhiculés sur ce type de quartier. Les jeunes, les vieux, les commerçants… Ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas… Les trafics et les solidarités… Le logement et les lieux de sociabilité… Chaque article sera l’occasion de décrire un pan de la vie à La Boissière, où la banalité du quotidien sera bientôt secouée par les travaux. B.P.
 

La Boissière : un quartier populaire en chantier
Épisode 1 : En attendant Noël et les travaux
 

Gisèle se souvient. Quand elle est arrivée à la Boissière en 1959, elle habitait « un véritable taudis sans eau courante, ni sanitaires ». Annette, elle, avait dit à l’office HLM « tout sauf la Boissière ». C’est pourtant là qu’elle a débarqué en 1961. Quant à Madeleine, elle se remémore qu’elle et son mari ne voulaient en aucun cas venir habiter dans ce quartier « très mal côté », même s’ils étaient mal logés au centre‐ville (1). Si l’on a encore accès aujourd’hui à ces témoignages, c’est grâce à 

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 12 minutes

Favorite

Par Elvire Bornand et Frédérique Letourneux