Le marie sortant, bien parti pour sa réélection. Photo Francis Verhelst/Wikipedia.

A Roubaix, Guillaume Delbar largement en tête, la gauche éparpillée

À lire plus tard

C’est une débâcle pour les adversaires de Guillaume Delbar. Le maire sortant (divers droite), soutenu par La République en marche et les Républicains, est arrivé largement en tête du premier tour avec 41,22% des voix. Il est le grand vainqueur d’un scrutin marqué par une abstention historique : 77,5% des Roubaisiens ont boudé les urnes.

Derrière le maire sortant, seul le candidat Karim Amrouni (14,79%) pourra se maintenir au second tour. Classé divers-gauche, une étiquette contestée par ses adversaires, l’ex-militant de La République en Marche a largement devancé les six autres listes de gauche. Paul Zilmia (LFI) et André Renard (DVG) manquent la possibilité de se maintenir pour le second tour d’un fil. Avec respectivement 6,05 % et 5,48 %, Christian Carlier (EELV) et Christiane Fonfroide (PS-PCF-Génération.s) sont, eux, plus largement distancés.

Un hypothétique front anti-Delbar

Pour garder des élus au Conseil municipal, tous devraient fusionner avec la liste emmenée par Karim Amrouni. Mais ce scénario est déjà exclu par Hakim Khiter, quatrième de la liste de PS-PCF-Génération.s. « Entre LREM et LREM, je préfère m’abstenir au second tour », indique le référent Génération.s de Roubaix. S’il déplore la désunion de la gauche locale source d’abstention selon lui, il attribue aussi cette dernière à l’épidémie de coronavirus. «  Si [Guillaume] Delbar est arrivé en tête dans des quartiers populaires, c’est que l’électorat de gauche ne s’est pas déplacé… », constate-t-il.

Très élevée en 2014 (61,6%), l’abstention a frôlé les 80% ce dimanche 15 mars 2020. Dans cette ville de 96 000 habitants, seuls deux candidats (Guillaume Delbar et Karim Amrouni) ont obtenu plus de… 1 000 voix ! « Même le Rassemblement national a fait un score ridicule par rapport à d’habitude », note Hakim Khiter. Avec 8,9% des voix, le parti d’extrême-droite, emmenée à Roubaix par Philippe Lambilliote, perd 10 points par rapport à 2014.

Les autres candidats de gauche n’ont pas répondu à nos sollicitations dimanche soir. Christian Carlier (EELV) avait déjà rejeté l’idée d’une alliance avec Karim Amrouni, et la liste de La France Insoumise devrait l’imiter. Tous auront jusqu’à mardi, 18 heures, pour confirmer (ou infirmer) ce choix, date butoir du dépôt des listes pour le second tour. À moins que le gouvernement ne décide d’annuler la deuxième manche du scrutin, ce qui provoquerait également l’annulation du premier tour. L’occasion pour la gauche de partir enfin moins divisée pour éviter une nouvelle catastrophe électorale ?

Sami Sadik et Marie Sénéchal, ESJ Lille

Jacques Trentesaux

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Précédemment dans l'Oeil

Recours contre l’élection de Martine Aubry : les voyants sont au vert pour la maire de Lille

Le tribunal administratif a examiné jeudi les requêtes déposées contre le résultat de la dernière élection municipale à Lille. Dans son avis, le rapporteur public plaide en faveur de la gagnante de juin. Tout comme les décisions de la Commission nationale des comptes de campagne.

Nouvelle Cité administrative de Lille : le « oui, mais » des experts

Mediacités a pu consulter l’avis du Secrétariat général pour l’investissement, une structure qui relève du Premier Ministre et qui suit les grands projets d’investissement. Le rapport est assorti de sérieuses réserves.