Gérald Darmanin, lors d'un de ses passages télé sur France 3 Hauts-de-France Photo : capture d'écran France 3

Municipales à Tourcoing : Gérald Darmanin triomphe… sauf de l’abstention

Il partait favori, c’est un pari réussi pour Gérald Darmanin. Le ministre de l’Action et des Comptes publics est élu maire de Tourcoing dès le premier tour des municipales, ce dimanche, avec 60,88% des voix. Mais avec une abstention record de près de 75%, l’opposition s’interroge déjà sur la légitimité de cette élection.

En 2014, Gérald Darmanin avait arraché de justesse la ville à la gauche (45,61% au second tour, dans une triangulaire, devant le sortant Michel-François Delannoy). Il avait quitté son poste de premier édile pour devenir ministre de l’Action et des comptes publics en 2017. Gérald Darmanin distance très largement Franck Talpaert (10,77 %), tête de liste d’Ambition commune, une liste soutenue par le PS, Katy Vuylsteker (9,22 %), candidate écologiste (EELV), et Rémi Meurin, tête de liste Rassemblement national (6,88%). La liste portée par Gérald Darmanin obtient 46 sièges au conseil municipal, contre 3 pour Ambition Communes, 2 pour les Verts et 2 pour le RN.

Une abstention historique

« En période de crise, les gens se replient vers ce qu’ils connaissent », soupire Katy Vuylsteker. La nouvelle élue municipale se félicite malgré tout du résultat obtenus par les Verts à Tourcoing. « C’est la première fois qu’une liste indépendante des écolo était candidate à Tourcoing depuis 2001. Gérald Darmanin va enfin avoir une vraie opposition face à lui », souligne la jeune écologiste qui regrette surtout le très faible taux de participation.

En pleine crise du Coronavirus, seuls 25,38% des électeurs se sont déplacés pour voter ce dimanche. Le nouveau maire a donc été élu avec 9 592 voix sur 63 728 inscrits. Soit à peine 15%. « Il fallait repousser cette élection. C’est une honte que le gouvernement, auquel appartient Gérald Darmanin, ne l’ait pas fait, par calcul électoral. C’est très grave », dénonce Katy Vuylsteker. 

A défaut de deuxième tour, il va maintenant falloir s’intéresser au troisième tour de ces municipales : celui des élections métropolitaines. L’opposition tourquennoise ne pourra y envoyer qu’un seul conseiller. Gérald Darmanin va bientôt pouvoir faire ses calculs pour savoir s’il peut briguer la présidence de la métropole. Ou s’il vaut mieux pour lui prétendre à de nouvelles fonctions gouvernementales, renforcé qu’il est par ce succès très net.

Agathe Beaugeon, ESJ Lille

NB : A l’heure où nous écrivons ces lignes, ni Gérald Darmanin, ni Franck Talpaert, ni Rémi Meurin n’ont répondu à nos sollicitations.

Jacques Trentesaux

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Jacques Trentesaux
Je suis tout à la fois le directeur de la rédaction et le président de Mediacités, que j’ai co-fondé avec plusieurs anciens collègues du groupe L’Express fin 2016. Nordiste d’origine, j’habite Paris mais j’ai à cœur de revenir dans ma région natale pour y enquêter autant que mes autres fonctions m’en laissent le temps. Avant Mediacités, je suis passé par La Croix, Liaisons sociales, Les Echos et L’Express, où j’ai notamment occupé le poste de rédacteur en chef de la rubrique Régions. Je n’aime rien tant que « sortir du périphérique parisien » pour aller sur le terrain afin de comprendre les réalités du pays.
Voir ma déclaration d’intérêts

Précédemment dans l'Oeil

La ville de Lille signe une nouvelle charte de la vie nocturne

La municipalité et quatre organisations professionnelles lilloises ont signé une charte de la vie nocturne chargée de lutter contre les nuisances observées dans les quartiers festifs.

La fille de Bernard Arnault récompensée par l’Edhec… À quel prix ?

Delphine Arnault, fille du PDG de LVMH, a reçu début juin le prix Edhec de l’année, comme l’a remarqué Le Canard enchaîné. Un an plus tôt, le groupe de Bernard Arnault avait cédé gratuitement à l’école de commerce 2 500 m2 de locaux à Roubaix…