Le candidat centriste Nicolas Bouche semble en mesure de mettre un terme au long règne de Marc-Philippe Daubresse et de ses partisans. Photo DR/site officiel de campagne.

Municipales : un vent nouveau souffle à Lambersart avec Nicolas Bouche

Lire plus tard

A Lambersart, une page pourrait se tourner. Après plus de 30 ans à la mairie, le clan Daubresse, représenté par Claudie Jilcot pour ce scrutin, essuie ce dimanche un net revers électoral. La liste Lambersart Passionnément n’obtient que 14% des voix, contre 38% au premier tour des municipales de 2014. Le vainqueur incontestable du jour est Nicolas Bouche avec 36,42 % des voix.

Le candidat centriste, qui s’affichait en rupture avec la majorité sortante, a fait de sa virginité politique son principal argument de campagne. « La conclusion, c’est que les gens veulent du changement », a-t-il lancé à l’annonce des résultats, devant nos confrères de La Voix du Nord. Nicolas Bouche double presque son score de 2014 (il avait recueilli 20 % et s’était désisté au second tour). Celui qui répète en boucle qu’il ne fera jamais d’alliance avec personne devrait être en mesure de respecter sa promesse.

« Le choix du dégagisme »

Derrière lui, le candidat soutenu par LREM Christophe Caudron, ancien fidèle de Marc-Philippe Daubresse, réalise un score de 17,38%. Souvent donné favori pendant la campagne, il estime avoir pâti de la faible participation (38,14%), mais se réjouit quand-même d’une victoire : celle d’être « devant Claudie Jilcot ». Christophe Caudron sait que la bataille du second tour – si elle a lieu – sera difficile : « Nicolas Bouche est largement devant, il faudrait presque allier trois listes face à lui pour y croire. » Celles d’Olivier Fauchille (10,06%) et de Frédéric Dehaeze (8,76%) ? « On regarde les stratégies, mais il n’y a rien de probable à l’heure actuelle », glisse-t-il prudemment.

Frédéric Dehaeze, déçu par son score, n’a pas l’air très tenté : « Cela ne me paraît pas envisageable, on n’a eu aucun contact avec qui que ce soit. » Pour lui, les électeurs ont fait le choix du dégagisme en votant massivement pour Nicolas Bouche. « On en paie les frais », regrette-t-il. Autre surprise de ce scrutin, les 13% de Pierre-Yves Pira, l’unique candidat de gauche, qui double son score de 2014.

Solène Vary, ESJ Lille

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Précédemment dans l'Oeil

La MEL retrouve un Directeur général des services

Le président de la Métropole européenne de Lille, Damien Castelain, a annoncé ce vendredi la nomination de Marc Pons de Vincent au poste de Directeur général des services, et sa prise de fonctions le 1er janvier prochain.

Lil’Aéroparc : un nouveau projet, réduit d’un quart, en quête d’un feu vert

Après avoir été retoqué, le projet de parc d'activité qui doit s'installer près de l'aéroport de Lesquin revient dans une version revue à la baisse afin de décrocher enfin l'autorisation préfectorale.