Guillaume Delbar après le départ des élus de l'opposition, lors du conseil municipal du 21 octobre 2021. Photo : capture d'écran ville de Roubaix.

Roubaix : le conseil municipal réduit au rôle de chambre d’enregistrement

Deux semaines après le procès pour « escroquerie aggravée » et « abus de confiance » à l’encontre du maire de Roubaix et de treize collaborateurs, accusés d’avoir mis en place un système frauduleux de déduction fiscale, la tension n’est toujours pas retombée dans la ville. En témoigne le conseil municipal qui s’est tenu jeudi 21 octobre.

S’étant déclarés « sidérés » par les révélations de la presse, les élus d’opposition avaient annoncé qu’ils s’exprimeraient à ce sujet. Promesse tenue. Karim Amrouni, chef de file de la liste Roubaix en commun, a pris la parole pendant près de sept minutes pour faire part de son « indignation », de sa « colère » et marteler : « Roubaix n’avait pas besoin de cela ».

Un véritable réquisitoire ponctué par un coup de théâtre : douze minutes après le début de la séance, les onze conseillers municipaux de l’opposition se lèvent à l’unisson. « La légitimité de ce conseil est largement remise en cause. Monsieur le maire, mesdames et messieurs les élus, notre présence aujourd’hui à ce conseil municipal ne peut se justifier alors que quatre de nos collègues sont gravement mis en cause. [...] En cohérence, nous quittons cette séance du conseil municipal. »

Près de trois délibérations par minute

« Au revoir messieurs dames », répond sobrement le maire de Roubaix, qui déplore un « coup médiatique ». « J’ai eu l’impression d’entendre un procureur », raille-t-il. Mais ce départ, bien que théâtral, ne semble pas modifier les plans des élus municipaux. Tout juste faut-il trouver un nouveau secrétaire de séance, après le départ de l’élu d’opposition Tonino Macquet. La séance peut ensuite continuer normalement. Façon de parler... Faute de débat — les élus de la liste Roubaix en commun représentent à eux seuls l’opposition municipale —, le conseil défile à la vitesse de l’éclair, vote après vote, sans grande prise de parole.

« Qui est pour ? Qui est contre qui s’abstient. Je vous remercie », martèle le maire de Roubaix, passant mécaniquement d’une délibération à une autre. Résultat, en 20 minutes, le conseil municipal approuve pas moins de 54 délibérations à l’ordre du jour, soit presque trois par minute. Un chiffre étonnant au regard des précédents conseils municipaux. Le 8 juillet, 77 délibérations ont été examinées en 1h57. Le 8 avril, 70 sujets ont été discutés pendant 4h14. Et le 18 février, ce sont 51 délibérations qui ont fait l’objet de débats pendant 4h52.

Prochain rendez-vous municipal, le 16 décembre, deux semaines après la première décision du tribunal correctionnel sur des questions de procédure.

Précédemment dans l'Oeil

Ponctualité : les TGV du nord, mauvais élèves; les TER, cancres absolus

Que ce soit en termes de retards ou d'annulations de trains, les performances des TGV de l'axe Nord sont parmi les plus mauvaises du pays. Quant aux TER des Hauts-de-France, ils figurent au dernier rang de toutes les région françaises.

Hauts-de-France : Un projet de RER à très petite vitesse

La Région a lancé les premières phases d’études pour la mise en place de son « service express métropolitain », qui permettra de doubler la fréquence des TER, notamment entre Lille et le bassin minier. Un vaste chantier qui traîne depuis dix ans et qui devrait être finalisé d’ici… 2040.