Au moins 50 personnes sont décédées dans les rues de la métropole lilloise en 2021. Photo : Collectif Les morts de la rue

Jean-Michel, Ouafirkh, Gwendoline, Kevin… Morts à la rue à Lille en 2021

Ils s’appelaient Jean-Michel, Ouafirkh, Gwendoline ou encore Kevin, dit « Le Breton ». Âge ? Entre un mois et 80 ans. Au moins 50 personnes sans domicile fixe sont décédées dans la métropole lilloise en 2021, selon le décompte annuel du collectif « Les morts de la rue », soit 27 de plus qu’en 2020. Tous avaient passé au minimum les trois derniers mois de leur vie dans la rue ou dans des centres d’hébergement d'urgence.

C’est à Lille que la plupart des décès ont eu lieu : en 2021, au moins 42 personnes y ont perdu la vie. Plus de la moitié des personnes n’ont pas pu être identifiées. Ailleurs dans la Métropole européenne de Lille (MEL), trois personnes sans domicile sont décédées à Tourcoing (Traiko Kirilov, Séverine et Jean-Claude Blanchard), une à Roubaix (Carlos), une à Wasquehal (Jacques), une à Wattrelos (Jonathan), une à Armentières (Nedib) et une à Lomme (Gaylord Bonnet Pourpet).

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

La fille de Bernard Arnault récompensée par l’Edhec… À quel prix ?

Delphine Arnault, fille du PDG de LVMH, a reçu début juin le prix Edhec de l’année, comme l’a remarqué Le Canard enchaîné. Un an plus tôt, le groupe de Bernard Arnault avait cédé gratuitement à l’école de commerce 2 500 m2 de locaux à Roubaix…

Le nord de la France, champion de l’utilisation de pesticides

Une carte publiée par l’association Solagro, spécialisée dans l’accompagnement des agriculteurs, met en avant l’utilisation massive de produits phytosanitaires dans le nord de la France. En cause : les cultures privilégiées et le peu d’agriculture biologique sur notre territoire.