Des panneaux d'information sur la consultation ont été disposés dans la ville de Lille, comme ici, sur la place Louise de Bettignies. Ils ont été inaugurés par l'adjoint au maire en charge de l'urbanisme Stanislas Dendievel. Photo : Brianne Cousin / Mediacités.

Futur de l’avenue du Peuple belge : le canal de la Basse-Deûle réenterré par les Lillois

Coup dur pour les Lillois qui rêvaient déjà de faire du pédalo en plein cœur du Vieux-Lille : le canal historique de la Basse-Deûle, comblé entre 1929 et 1965 pour des raisons sanitaires, n’est pas près de réapparaître au cœur de l’avenue du Peuple belge. Lillois, Lommois et Hellemmois étaient invités à se prononcer, du 2 mai au 6 juin, pour l’un des quatre scénarios proposés par la mairie pour métamorphoser cet espace emblématique de la ville. « Le choix des Lillois sera respecté », a assuré la maire de Lille, Martine Aubry, qui s’est néanmoins dite « déçue » de cette issue lors d’un point presse organisé mardi 7 juin pour dévoiler les résultats de la consultation.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Cet article concerne la promesse :
« Déminéraliser l’avenue du Peuple Belge après une consultation des Lillois »
Voir toutes les promesses

Précédemment dans l'Oeil

La fille de Bernard Arnault récompensée par l’Edhec… À quel prix ?

Delphine Arnault, fille du PDG de LVMH, a reçu début juin le prix Edhec de l’année, comme l’a remarqué Le Canard enchaîné. Un an plus tôt, le groupe de Bernard Arnault avait cédé gratuitement à l’école de commerce 2 500 m2 de locaux à Roubaix…

Le nord de la France, champion de l’utilisation de pesticides

Une carte publiée par l’association Solagro, spécialisée dans l’accompagnement des agriculteurs, met en avant l’utilisation massive de produits phytosanitaires dans le nord de la France. En cause : les cultures privilégiées et le peu d’agriculture biologique sur notre territoire.