Grand Lyon : les têtes de liste de la « Gauche unie », reflet des tractations entre appareils

On ne les attendait plus. A six semaines des élections pour le Grand Lyon, la « Gauche unie », emmenée par le directeur de Sciences Po Lyon Renaud Payre, a présenté mercredi ses têtes de listes dans les circonscriptions métropolitaines. D’abord annoncée pour le 21 janvier, la présentation avait finalement été reportée. Signe de difficultés à boucler le casting ?

En début de semaine encore, des membres de l'équipe laissaient entendre qu’une alliance aurait pu être possible dans la circonscription Val de Saône avec les écologistes. Suggestion alors immédiatement démentie par Bruno Bernard, chef de file d’EELV : « Ça n’existe pas. Peut-être qu’ils n’ont pas de candidats à cet endroit, mais nous n’avons aucune volonté d’alliance avant le 15 mars [date du premier tour] », déclarait-il à Mediacités. L'anecdote illustre, en tout cas, les tractations byzantines des dernières semaines.

Premier constat, la parité est loin d’être respectée : sur douze têtes de listes présentées, seulement deux sont des femmes. La Gauche unie fait certes mieux que le candidat Les Républicains François-Noël Buffet et son grand chelem masculin, mais deux fois moins que les listes LREM de Gérard Collomb, qui alignent pourtant péniblement quatre femmes.
Le Parti socialiste s'arroge la moitié du gâteau
Deuxième remarque, alors que le mouvement revendique un rassemblement « inédit par son ampleur », la Gauche unie ressemble avant tout à une alliance PS-PCF-Génération.s, au moins en ce qui concerne le choix des têtes de listes. Le Parti Socialiste . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Collège des Battières à Lyon : les élèves ont changé d’établissement, le ministère lance une inspection

Selon nos informations, les deux élèves de la famille qui avait pris à partie un professeur d’histoire-géographie du collège des Battières, dans le 5e arrondissement de Lyon, l'accusant d'avoir tenu des propos islamophobes en cours, ont finalement changé d’établissement.

Université de Lyon : le fiasco aura coûté plus d’un million d’euros en cabinets de consultants

D’après des documents obtenus par le collectif étudiant Idexit, pour son projet avorté de fusion entre les universités de Lyon et Saint-Etienne, l’UDL a dépensé au moins 1,13 million d’euros auprès de deux sociétés de conseils.