Municipales : des foyers, mais pas de contamination massive des candidats dans le Rhône

L’organisation du premier tour des municipales le 15 mars dernier a-t-elle été une erreur monumentale ayant entraîné de nombreuses contaminations au Covid-19 ? Alors que le gouvernement doit se prononcer prochainement sur la suite à donner au scrutin (en conservant les résultats du premier tour ou en réorganisant deux tours, au mois de juin ou à l’automne), les journalistes du Progrès ont interrogé 410 listes sur les 553 présentes au premier tour dans le Rhône et la Métropole.

Résultat : mis à part quelques « clusters » électoraux bien identifiés, la contamination des candidats aux municipales ne semble pas avoir été massive sur le territoire. Seulement treize listes recensent plus de cinq colistiers malades du Covid-19 ou ayant présenté les symptômes du virus. Certains cas restent spectaculaires, comme à Saint-Fons : la candidate Chafia Zehmoul assure qu’une vingtaine de colistiers et de militants ayant participé à sa campagne ont développé la maladie, dont huit testés positifs au Covid. Plusieurs ont été hospitalisés et des militants actifs pendant la campagne sont décédées, indique-t-elle. La candidate (sans étiquette) annonce vouloir porter plainte contre les membres du gouvernement devant la cour de justice de la République.
Quel lien avec le scrutin ? 
D’autres candidats aux municipales dans la Métropole recensent entre dix et quinze cas dans leurs rangs (colistiers et militants confondus), comme à Bron, à Vaulx-en-Velin ou à Mions. Avec cette question, répétée sur tous les tons dans ce dossier du Progrès : ces cas auraient-ils pu être évités en annulant le premier tour des municipales, ou bien ces militants se sont-ils contaminés lors des porte-à-porte ou des tractages sur les . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Vidéos commandées par la région : le coup de com’ de Najat Vallaud-Belkacem et l’enfumage de Laurent Wauquiez

Suite aux révélations de Mediacités sur un « partenariat » entre le web télé Neo et la région Auvergne-Rhône-Alpes, la candidate socialiste dénonce une « campagne de communication illégale ». Pas si simple…

La région de Laurent Wauquiez commande de la com’ sur mesure à Bernard de La Villardière

Neo, média fondé par le présentateur historique de M6, réalisera une série de vidéos, diffusées sur les réseaux sociaux, « contribuant à valoriser la région Auvergne-Rhône-Alpes ».