Fuite radioactive à la centrale du Bugey : EDF condamnée

La somme est ridicule, vu la taille de l’entreprise, mais la condamnation symbolique. Ce 22 mai, le tribunal de police de Bourg-en-Bresse a reconnu EDF coupable « d’exploitation d’une installation nucléaire de base [autrement dit : une centrale, en l’occurrence celle du Bugey] sans respect des prescriptions de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ». Montant de l’amende : 3000 euros.

picto-nucleaire-1Comme Mediacités l’avait révélé en mars 2018, quatre associations anti-nucléaire avaient déposé plainte contre l’électricien suite à une importante fuite de tritium (un élément radioactif) survenue, en décembre 2017, à la centrale de l’Ain, à une trentaine de kilomètres de l’agglomération lyonnaise. L’incident avait déclenché une inspection de l’ASN.

Son rapport était accablant : en plus d’une série de dysfonctionnements ayant conduit à la fuite, le gendarme de l’atome notait qu’EDF avait « tardé à diagnostiquer correctement les causes de ce déversement ». L’ASN s’inquiétait aussi que cette fuite de tritium – la troisième en six ans, selon le réseau Sortir du nucléaire – n’ait pollué des nappes phréatiques.

> A (re)lire dans nos archives : « Nucléaire : le réacteur malade de la centrale du Bugey »

https://www.mediacites.fr/complement-denquete/lyon/2018/03/07/plainte-contre-la-centrale-nucleaire-du-bugey/

Nicolas Barriquand

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Précédemment dans l'Oeil

Interpol : le général émirati accusé d’avoir couvert des actes de torture élu président

Malgré une forte opposition de la société civile, le général Ahmed Nasser Al-Raisi, visé par plusieurs plaintes pour des violations des droits de l'Homme, a été élu jeudi président d'Interpol, dont le siège est à Lyon.

Opéra de Lyon : la Chambre régionale des comptes publie l’épilogue de l’affaire des frais de l’ancien directeur

Cinq après les révélations de Mediacités sur les incroyables notes de frais de Serge Dorny, les magistrats financiers pointent le manque de contrôle, à l'époque, des financeurs publics et lèvent le voile sur les dernières zones d'ombre de l'affaire.