Fuite radioactive à la centrale du Bugey : EDF condamnée

Lire plus tard

La somme est ridicule, vu la taille de l’entreprise, mais la condamnation symbolique. Ce 22 mai, le tribunal de police de Bourg-en-Bresse a reconnu EDF coupable « d’exploitation d’une installation nucléaire de base [autrement dit : une centrale, en l’occurrence celle du Bugey] sans respect des prescriptions de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ». Montant de l’amende : 3000 euros.

picto-nucleaire-1Comme Mediacités l’avait révélé en mars 2018, quatre associations anti-nucléaire avaient déposé plainte contre l’électricien suite à une importante fuite de tritium (un élément radioactif) survenue, en décembre 2017, à la centrale de l’Ain, à une trentaine de kilomètres de l’agglomération lyonnaise. L’incident avait déclenché une inspection de l’ASN.

Son rapport était accablant : en plus d’une série de dysfonctionnements ayant conduit à la fuite, le gendarme de l’atome notait qu’EDF avait « tardé à diagnostiquer correctement les causes de ce déversement ». L’ASN s’inquiétait aussi que cette fuite de tritium – la troisième en six ans, selon le réseau Sortir du nucléaire – n’ait pollué des nappes phréatiques.

> A (re)lire dans nos archives : « Nucléaire : le réacteur malade de la centrale du Bugey »

Plainte contre la centrale nucléaire du Bugey

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez-vous sur pals.mediacites.fr

Point final.

Précédemment dans l'Oeil

Collège des Battières à Lyon : les élèves ont changé d’établissement, le ministère lance une inspection

Selon nos informations, les deux élèves de la famille qui avait pris à partie un professeur d’histoire-géographie du collège des Battières, dans le 5e arrondissement de Lyon, l'accusant d'avoir tenu des propos islamophobes en cours, ont finalement changé d’établissement.

Université de Lyon : le fiasco aura coûté plus d’un million d’euros en cabinets de consultants

D’après des documents obtenus par le collectif étudiant Idexit, pour son projet avorté de fusion entre les universités de Lyon et Saint-Etienne, l’UDL a dépensé au moins 1,13 million d’euros auprès de deux sociétés de conseils.