Bruno Bernard, Béatrice Vessiller et Cédric Van Styvendael devant l'hôtel de ville de Villeurbanne. /Photo : Twitter Bruno Bernard

Villeurbanne : la gauche et les écologistes fusionnent pour la ville comme pour la Métropole

Cette fois, l’union est complète. Les candidats à la mairie de Villeurbanne Cédric Van Styvendael (Gauche unie) et Béatrice Vessiller (EELV) ont annoncé vendredi la fusion de leurs deux listes dans la perspective du second tour des élections municipales du 28 juin. « Ce rassemblement propose aux électeurs de Villeurbanne un projet qui met la justice sociale, la solidarité, la transition écologique et la préservation du climat au cœur des politiques municipales et métropolitaines », vante Cédric Van Styvendael dans un communiqué.

A eux deux, les nouveaux alliés avaient raflé plus de la moitié des suffrages lors du premier tour en mars. Cédric Van Styvendael, qui s’appuie sur une coalition de gauche incluant notamment le Parti socialiste (dont il est issu), le PCF, Génération.s ou encore Place publique, avait rassemblé 33,30% des voix, confirmant son statut de pilier de la gauche locale, par ailleurs fragilisée dans le reste de la Métropole de Lyon. Adoubé par le maire actuel Jean-Paul Bret, qui ne se représentait pas après trois mandats à la tête de la ville, Cédric Van Styvendael devrait logiquement prendre la tête de la future liste.

Béatrice Vesiller, ancienne adjointe de Jean-Paul Bret passée ensuite dans l’opposition (lire son portrait ici), a quant à elle obtenu 27,48% des suffrages, illustrant la très forte dynamique d’EELV et de ses alliés dans la seconde ville de la métropole, vingtième ville de France par le nombre d’habitants.

Rouleau compresseur "rouge-vert"

Les deux formations politiques ont également annoncé la fusion de leurs listes métropolitaines dans la circonscription métropolitaine de Villeurbanne, où l’écologiste Bruno Bernard, prétendant à la présidence du Grand Lyon, est arrivé en tête avec plus de 30% des voix. Cette circonscription est la plus importante de l’agglomération par le nombre de conseillers (17 sièges). Un ralliement qui préfigure une alliance plus globale entre les listes EELV et celles de la Gauche unie, emmenées par Renaud Payre, à l’échelle de l’agglomération.  

Avec près de 15% des voix au premier tour, Prosper Kabalo (LREM) semble peu en mesure de peser face à ce rouleau compresseur "rouge-vert". D'autant que les macronistes de la ville ont été affaiblis par l'alliance de dernière minute du député local Bruno Bonnell avec l'ex-élue LR Emmanuelle Haziza. Le l'improbable tandem n'a obtenu que 7,3% des voix, rendant son éventuel ralliement à Prosper Kabalo presque anecdotique dans un second tour. Celui-ci ressemble désormais à une formalité pour les listes de gauche. 

Mathieu Périsse

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Régie publique de l’eau : les salariés de Veolia mettent la pression sur la Métropole de Lyon

Dans un an et demi, le Grand Lyon gérera, via une régie publique, l'eau potable de son territoire, en lieu et place de l'actuel délégataire Veolia. Ce vendredi, les salariés de la filiale du groupe seront en grève pour demander des garanties à la Métropole sur la transposition de leurs acquis sociaux dans la future entité.  

Régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : une candidate du RN relaie des messages antisémites

Mediapart a découvert que Juliette Planche, en position éligible sur la liste d’Andréa Kotarac, a posté pendant des mois des messages antisémites et complotistes, sans que le profil de cette royaliste n’alerte personne, jusque-là, au RN.