À Lyon, la pollution de l’air provoque chaque année 235 décès prématurés

A6-Perrache
Entre l’échangeur de Perrache et le tunnel de Fourvière. Photo : X.Caré-Wikimedia Commons-CC BY-SA 4.0.

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Nicolas Barriquand

Pour la première fois, une étude menée à l'échelle européenne s'intéresse à la surmortalité engendrée par la pollution de l'air au dioxyde d'azote et aux particules fines. Lyon est (très) loin des niveaux des villes « respirables » d’Europe du Nord.

Voilà un chiffre qui devrait interpeller les élus du Grand Lyon qui voteront, en mars 2021, les futures mesures de la Zone à faibles émissions (ZFE)… Chaque année, 235 habitants de la métropole décèdent prématurément à cause de la pollution de l’air, selon une étude menée par l’Institut pour la santé globale de Barcelone (ISGlobal) et publiée la semaine dernière dans la revue The Lancet Planetary Health. 228 morts sont liées, d’après les scientifiques, aux

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment