A l'entrée du métro lyonnais. Photo : NB/Mediacités.

Les tarifs des transports en commun lyonnais repartiront à la hausse en 2022, mais pas pour tout le monde

La parenthèse se refermera au 1er janvier 2022. Après une année de gel des tarifs des transports en commun lyonnais (TCL), décidée suite à la crise du Covid-19, le Sytral a voté, ce lundi 3 mai, une hausse des prix pour l’an prochain. Dans le détail, l’abonnement mensuel de base (pour les 26-64 ans) passera de 65 à 66,40 euros, celui pour les familles nombreuses de 45,80 à 46,50 euros. Le carnet de dix tickets coûtera 18 euros contre 17,60 euros actuellement. Une hausse de l’ordre de 2,3 % « supérieure à l’inflation que la Banque de France estimait en mars à un niveau de 0,9 % en 2022 », ont déploré, dans un communiqué, les conseillers métropolitains de droite qui siègent au syndicat des transports en commun de l’agglomération lyonnaise, présidé par l’écologiste Bruno Bernard.

Dans le même temps, le Sytral continue d’étoffer sa tarification sociale. Après avoir créé, en janvier dernier, un abonnement gratuit destiné, entre autres, aux bénéficiaires du RSA ou de l’allocation adulte handicapé, l'autorité organisatrice de transport l'étend aux bénéficiaires de la Garantie jeune et à ceux du futur « RSA jeunes » qui sera expérimenté dans la Métropole de Lyon à partir du 1er juin prochain.

Elle a par ailleurs décidé de casser les prix, dès la prochaine rentrée de septembre, pour les jeunes, toutes catégories sociales confondues. L’abonnement des 18-25 ans passera de 32,50 à 25 euros. Les étudiants de moins de 28 ans seront aussi concernés par la mesure. Les boursiers pourront eux s’abonner pour 10 euros par mois. Enfin, les « 4-10 ans » et les « 11-17 ans » verront le prix de leurs abonnements baisser significativement… en attendant la gratuité pour les moins de 10 ans comme promis pendant la campagne électorale de 2020 ?

La billetterie ne contribue que de façon minoritaire aux recettes des TCL. En 2020, elle a alimenté les caisses à hauteur de 179,5 millions d’euros - un chiffre en baisse de 35 % avec la crise sanitaire. Soit deux fois moins que « le versement mobilité transport », la contribution locale des entreprises au financement des transports en commun. En 2020, celui-ci s’est élevé à 353,4 millions d’euros.

Cet article concerne les promesses :
« Proposer un abonnement mensuel aux transports en commun de 10 euros pour les chômeurs, contrats aidés et personnes en situation de handicap » « Instaurer la gratuité des transports en commun pour les moins de 10 ans » « Instaurer la gratuité des transports en commun pour les faibles revenus »
Voir toutes les promesses

Précédemment dans l'Oeil

Lyon Saint-Exupéry : malgré une année 2020 catastrophique, Vinci réclame des millions d’euros de dividendes à l’aéroport

Alors que l’exploitant de « Saint-Ex’ », filiale du groupe de BTP, a enregistré l’an passé plus de 20 millions d’euros de déficit, la maison-mère souhaite encore puiser dans la trésorerie au profit des actionnaires.

Auvergne-Rhône-Alpes : la nouvelle équipe Wauquiez ou la prime aux cumulards

Reconduit à la tête de la région, Laurent Wauquiez a dévoilé, le 2 juillet, les noms de ses 15 nouveaux vice-présidents.