La mairie de Treillières, en Loire-Atlantique. / © Photo : Guillaume Frouin

Treillières : nouvelles plaintes contre le maire et Mediacités au conseil municipal

Rude soirée pour le maire de Treillières. Ce lundi soir, 28 septembre, Alain Royer ouvrait la réunion de son conseil municipal en lisant une déclaration à propos des révélations de Mediacités sur son accident au volant d’une voiture de la commune, alors qu’il était en état d’ivresse. « La presse – et peu importe qu’elle soit presse à scandales – (sic) a fait le relais d’une information que je ne peux et ne veux pas nier », confesse l’élu. Qui aurait, quoi qu’il en soit, eu du mal à faire autrement.

« Ce soir, je ne me présente pas comme victime : je suis seul responsable de la situation et peu importe de qui vient l’indiscrétion, poursuit-il. Je sais que les conséquences sont multiples et mettent en difficulté mes adjoints, conseillers, services municipaux, ma famille et mes amis. » Mais, selon lui, cet accident n’avait « absolument rien à voir » avec l’achat par sa collectivité, quelques semaines plus tard, d’un SUV hybride à 38 000 euros… « Je m’y engage, cet incident restera isolé », promet Alain Royer.
Tentative d'escroquerie à l'assurance
Alors qu’il avait certifié lors de notre interview que la commune s’était fait rembourser « 1 500 euros » par son assureur, le maire promet aux élus de Treillières qu’il va « retirer » la déclaration d’accident faite auprès de la compagnie. Le contrat de la commune ne prévoyait pas de prise en charge des accidents commis en état d’ivresse, convient-il. Ce qui valide de facto la tentative d’escroquerie à l’assurance,

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Beaux-Arts de Nantes : la mansuétude de la Métropole pointée par la Chambre régionale des comptes

Dans un nouveau rapport rendu public cette semaine, les magistrats financiers relèvent la dette importante de l’École des Beaux-Arts de Nantes - Saint-Nazaire. Et les risques qu'elle fait peser sur la collectivité.

Le préfet de Loire-Atlantique attaque l’arrêté anti-pesticides de La Montagne… qui fait des petits en Ile-de-France

[Info Mediacités] Sommé par la préfecture de retirer son arrêté anti-pesticides d'un nouveau genre, le maire de la commune de l'ouest nantais refuse. Et relance la guérilla juridique entre villes et État autour de ces textes. D’autres mairies publieront d'ailleurs un arrêté équivalent la semaine prochaine.