A Treillières, près de Nantes, le maire se croit plus que jamais tout permis

Au nord de Nantes, de nouvelles affaires viennent alimenter la controverse sur la gestion de la commune par le maire Alain Royer et son équipe. Comme l’achat de ce SUV à 38 000 euros… après l'accident du maire avec la vieille 207 de la commune, alors qu’il roulait en état d’ivresse. Ou la vente d'un local communal à un cousin de la première adjointe.

Treillieres parking mairie
Devant la mairie de Treillières, le parking réservé aux élus et aux services. / Photo : Guillaume Frouin

Les affaires reprennent à Treillières, commune de près de 10 000 habitants à 15 kilomètres au nord de Nantes. Après le confinement, nous l’avions quitté sur un mic-mac autour des terrains de la belle-famille de son ancien adjoint à l’urbanisme puis sur une vilaine histoire de décharge communale illégale. Mais voilà qu’une autre affaire pointe déjà le bout de son nez : le 29 juin dernier, son conseil municipal a en effet voté l’achat d’un Citroën C5 Aircross Hybrid pour les déplacements de ses élus. Un superbe SUV à 38 000 euros. Motif officiel : l’ancienne Peugeot 207 communale était hors d’âge, et elle n’était pas adaptée au handicap de Catherine Cadou, la première adjointe déléguée à « l’administration générale » de la commune, qui est en fauteuil roulant.

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Guillaume Frouin (PressPepper)