Une antenne de téléphonie mobile. / Photo : CC - CreepCreep - Pixabay

5G : mais à quoi sert le moratoire nantais ?

«Étant donné la promesse de moratoire que vous avez faite aux Nantais lors du second tour des élections municipales (…) pouvez-vous nous garantir que la 5G ne sera pas activée à Nantes le 18 novembre ? » Dans une lettre adressée à Johanna Rolland la semaine dernière, voilà la question que pose l’association Résistance 5G, qui milite contre le déploiement de cette nouvelle technologie de téléphonie mobile. Sans obtenir beaucoup plus qu’une demi-réponse dans les colonnes de Ouest-France, quatre jours plus tard.

Interrogée par les journalistes Stéphanie Lambert et Christophe Jaunet, la mairie se contente de trois phrases, envoyées par mail : « La Ville de Nantes a décidé d’organiser un débat et un moratoire le temps de ce débat. Les modalités d’organisation du débat seront présentées prochainement. Nous sommes en relation avec les opérateurs pour bien articuler les calendriers et nous leur demandons de ne pas déployer avant le débat. »

18 novembre, date symbolique

Évacuons immédiatement la question : même s'ils en avaient officiellement l'autorisation, les opérateurs téléphoniques n'ont pas activé leurs antennes 5G, hier, mercredi 18 novembre. Pas tant pour répondre à la demande de la maire de Nantes, mais pour une raison administrative. Avant de mettre en service les bandes de fréquences en 3,5 GHz pour lesquelles ils ont déboursé près de 2,8 milliards d'euros, ils doivent en effet remplir plusieurs obligations. Et d’abord obtenir l’accord de l’Agence nationale des fréquences radios (ANFR), qui ne l'avait pas encore délivré hier mais pourrait le faire dans les prochains jours. Ensuite, ils doivent déposer pour chacune de leurs antennes des dossiers d’information du maire (DIM), comme le détaille Le Figaro.

https://www.mediacites.fr/enquete/nantes/2020/06/18/moratoire-sur-la-5g-a-nantes-les-coulisses-du-revirement-de-johanna-rolland/

Des opérateurs guère bavards

Un simple délai avant le déploiement ? Oui. Dans une interview donnée au Parisien le 11 octobre dernier, Cédric O, le secrétaire d’État chargé du Numérique le martelait : « La 5G sera mise en place d’ici à la fin de l’année ». Un entretien dans lequel il qualifiait d’ailleurs de « tartufferie incompréhensible » le moratoire annoncé à Lille par Martine Aubry. De fait, comme le détaille ce long article de France Info, les maires n’ont pas le pouvoir de s’opposer au déploiement de la 5G. Tout juste celui de le ralentir, en s’opposant à l’installation grâce au code de l’urbanisme.

Alors, les opérateurs activeront-ils bientôt leurs 49 antennes 5G déjà installées à Nantes, du temps – pas si lointain – où la mairie soutenait fermement cette nouvelle technologie ? Ou bien attendront-ils pour le faire le fameux débat public promis par Johanna Rolland ? Interrogés par Ouest-France, deux d’entre eux (SFR et Orange) laissent planer le doute, sans sembler vouloir passer en force. Après tout, les générations précédentes de téléphonie mobile (3G et 4G) n'avaient déjà pas été mises en service au même moment sur l'ensemble du territoire français. Et puis, politiquement, rien ne servirait de brusquer une ville qui, sans pouvoir leur interdire le déploiement, pourrait néanmoins ralentir l'installation de leurs antennes... La 5G vaut bien un débat.

Cet article concerne la promesse :
« Moratoire sur la 5G jusqu’à la fin du débat public ouvert sur son utilité et ses conséquences sanitaires »
Voir toutes les promesses
Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

A terme, la température de Nantes pourrait atteindre celle du Marseille d’aujourd’hui

2,6 degrés de plus à Nantes que dans le reste du département et jusqu'à 7 degrés de plus dans certains secteurs du centre-ville, de l'île de Nantes ou de Nantes Nord. Une étude de l'Auran met en lumière les îlots de chaleur nantais et les risques que le réchauffement climatique fait peser sur la ville.

Plus d’infractions au confinement en Loire-Atlantique que dans le reste des Pays de la Loire

Le nombre d'amendes délivrées par la police dans chaque département lors du premier confinement a finalement été rendu public.