Traitement au pesticide d'un champ de colza - Photo: Andia

Le préfet de Loire-Atlantique attaque l’arrêté anti-pesticides de La Montagne… qui fait des petits en Ile-de-France

[Info Mediacités] Sommé par la préfecture de retirer son arrêté anti-pesticides d'un nouveau genre, le maire de la commune de l'ouest nantais refuse. Et relance la guérilla juridique entre villes et État autour de ces textes. D’autres mairies publieront d'ailleurs un arrêté équivalent la semaine prochaine.

«Fabien Gracia nous a transmis son arrêté et nous avons discuté, explique Florence Tresson, adjointe à l’Environnement de la commune de Sceaux, dans les Hauts-de-Seine et porte-parole du collectif des maires anti-pesticides. Nous avons demandé à Corinne Lepage de rédiger, à partir du texte du maire de La Montagne, un arrêté type. Et dès la semaine prochaine, au moins six communes d’Ile-de-France ont d’ores et déjà prévu de le publier (Sceaux, Gennevilliers, Malakoff, Nanterre, Chaville, Savigny-Le-Temple…). D’autres pourraient suivre.

Ce texte va relancer la vague des arrêtés anti pesticides lancée en 2019 par le maire de Langoüet, en Ille-et-Vilaine, avant d’être stoppée par le Conseil d’État début janvier. Le collectif compte aujourd’hui 150 élus, qui pourraient à leur tour reprendre le texte, qui sera en accès libre sur le site.

En attendant, Fabien Gracia, maire de La Montagne, a déjà répondu au préfet

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Beaux-Arts de Nantes : la mansuétude de la Métropole pointée par la Chambre régionale des comptes

Dans un nouveau rapport rendu public cette semaine, les magistrats financiers relèvent la dette importante de l’École des Beaux-Arts de Nantes - Saint-Nazaire. Et les risques qu'elle fait peser sur la collectivité.

Éoliennes « tueuses » de Nozay : une nouvelle étude préconise l’arrêt du parc pour un test

Rendue publique mardi 7 février, une nouvelle étude menée par deux agences gouvernementales préconise la mise à l'arrêt du parc éolien pour dix jours. Un test qui permettrait peut-être d'expliquer pourquoi 450 bovins sont morts, mais auquel s'oppose l'exploitant.