Françoise Nicolas, ancienne diplomate et lanceuse d'alerte en lutte contre le Quai d'Orsay / Photo: Guillaume Frouin

Lanceuse d’alerte : la radiation des effectifs du Quai d’Orsay de Françoise Nicolas validée

Le rouleau compresseur poursuit son inexorable avancée. Dans un arrêt rendu mardi 16 mars 2021, la cour administrative d’appel de Nantes a validé l’arrêté du ministère des Affaires étrangères qui avait radié Françoise Nicolas de ses effectifs. Comme l’avait fait avant lui le tribunal administratif de Nantes, en juillet 2019. Pour rappel, cette ancienne fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères avait dénoncé un système de « détournement des crédits d’État » par le biais d’un « système de facturations occultes », lorsqu’elle était en poste à l’ambassade de France au Bénin, entre 2008 et 2010. Victime d’une violente agression dans son bureau, la lanceuse d’alerte nantaise de 59 ans avait été rapatriée de force à quelques jours de la visite de la Première Dame de l’époque, Carla Bruni, au Bénin… Une folle histoire que Mediacités avait racontée dès 2018.

https://www.mediacites.fr/portrait/nantes/2018/04/05/une-lanceuse-dalerte-nantaise-en-guerre-contre-le-quai-dorsay/

Suite à son exfiltration, la diplomate avait été placardisée dans les services décentralisés du Quai d’Orsay, à Nantes, dans le quartier du Breil. Avant, donc, d’être radiée de la fonction publique en 2018 pour « inaptitude définitive ». Cette mise à la retraite d’office avait été actée sur la foi d’un « rapport tout à fait ahurissant » d’un médecin parisien, avait plaidé son avocat de l’époque lors de . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Précédemment dans l'Oeil

Régionales en Pays de la Loire : du renouvellement chez les socialistes de Loire-Atlantique

Tandis que les négociations se poursuivent en vue d'une éventuelle union entre les écolos de Mathieu Orphelin et les socialistes de Guillaume Garot, le candidat PS prépare tout de même sa liste. En Loire-Atlantique, cette dernière pourrait être synonyme de départ pour une figure de l'opposition au conseil régional.

Symboles du « tout pour Nantes », les futures lignes de tram font râler dans la métropole

La concertation organisée fin 2020 sur la création de trois nouvelles lignes de tramway avait déjà posé le problème : pour beaucoup, le réseau de tram' de la métropole nantaise fait la part trop belle à la ville centre au détriment des autres communes. Plusieurs élus ont relancé le débat lors du dernier conseil métropolitain.