Johanna Rolland, entourée de Fabrice Roussel (à gauche sur la photo) et de Bertrand Affillé (à droite). / Photo : Thibault Dumas

A Nantes, Johanna Rolland lance enfin le recrutement de son déontologue

La promesse n°317 de Johanna Rolland est en passe d’être tenue. Onze mois après le second tour des élections municipales, la Ville de Nantes et la Métropole lancent la procédure de recrutement du déontologue promis par la candidate socialiste. L’offre de vacations vient d’être publiée dans des revues juridiques et spécialisées emploi. Preuve de la complexité et de la sensibilité de ce poste, il aura fallu près d’une année pour définir le profil et le mode de recrutement.

Un an de mandat plus tard...

L’annonce lève le voile sur le statut, les missions et les qualités attendues de ce futur déontologue. Il ne s’agit pas d’un agent ou d’un prestataire extérieur mais d’un vacataire qui sera donc rémunéré « à la tâche ». Quant au profil, l’annonce dessine celui d’un ou d’une juriste, avec une dimension « éthique ». Selon le texte, les candidats doivent ainsi justifier « de solides compétences juridiques assorties de connaissances en philosophie, éthique, psychologie, déontologie et notamment en droit public ». Ils devront, en outre, savoir animer une équipe et avoir une connaissance du monde des collectivités locales.

Offre vacation déontologue

Après le 15 juin, date de la fin du dépôt des candidatures, « une première pré-sélection en toute transparence sera réalisée par nos services » explique à Mediacités Olivier Parcot, le directeur général des services de la Ville et de la Métropole. « Ce sera ensuite à la commission éthique et transparence de Nantes Métropole d’étudier les candidatures et de proposer trois noms à Johanna Rolland ». En clair, la commission éthique et transparence de la Ville n’aura pas son mot à dire sur la nomination du déontologue. Comme nous l’avions évoqué dans un précédent article, la sélection du déontologue par deux commissions différentes (celle de la Ville et celle de la Métropole) aurait pu conduire à un sacré casse-tête.

Une commission d'éthique encore à moitié vide

Mais encore faut-il que cette commission « éthique et transparence » soit au complet. Actuellement, seuls dix de ses membres ont été nommés : les élus siégeant au conseil métropolitain . Restent à recruter dix citoyens bénévoles. Un appel à candidature devrait être lancé dans les prochaines semaines. Un tirage au sort parmi les candidatures d’habitants sélectionnera les nantais(es) membres de la commission. En septembre, la commission éthique et transparence de Nantes Métropole au grand complet devra remettre à Johanna Rolland le nom des trois présélectionnés pour le poste de déontologue. La maire et présidente de Nantes Métropole aura ensuite un mois pour choisir qui sera censé garantir l’éthique en politique sur le territoire nantais.      

Concrètement, les missions de ce déontologue restent encore assez imprécises, tout comme les moyens dont il disposera. Seule certitude, ce ne sera pas un enquêteur, traquant les éventuels problèmes dans la vie politique métropolitaine, mais plutôt un conseiller. A en croire l’annonce publiée aujourd’hui, comme la charte de déontologie adoptée par le conseil métropolitain en début de mandat, il pourra ainsi « être saisi par les citoyens et les élus de toute question relative à la déontologie de ces derniers ». Il devra aussi conseiller les élus (à leur demande), pour prévenir les conflits d’intérêts. Enfin, il présentera chaque année un bilan de son activité aux conseils municipal et métropolitain. Un premier bilan qui n’aura donc pas lieu avant la fin de la deuxième année du mandat.


Sur le sujet, lire aussi :

 

Cet article concerne les promesses :
« Création d’une commission éthique et transparence au sein du Conseil municipal » « Création du poste de Déontologue de la ville »
Voir toutes les promesses
Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

A terme, la température de Nantes pourrait atteindre celle du Marseille d’aujourd’hui

2,6 degrés de plus à Nantes que dans le reste du département et jusqu'à 7 degrés de plus dans certains secteurs du centre-ville, de l'île de Nantes ou de Nantes Nord. Une étude de l'Auran met en lumière les îlots de chaleur nantais et les risques que le réchauffement climatique fait peser sur la ville.

Plus d’infractions au confinement en Loire-Atlantique que dans le reste des Pays de la Loire

Le nombre d'amendes délivrées par la police dans chaque département lors du premier confinement a finalement été rendu public.