De la prison avec sursis requise au procès des colleuses nantaises

Unegalaxiefeministe
Slogan féministe collé sur une façade. / © Photo : Benjamin Peyrel

Publié le

Temps de lecture : < 1

Par Benjamin Peyrel

Accusées de rébellion et de violences, Marianne Thion et trois autres féministes nantaises comparaissaient lundi 28 novembre devant le tribunal de Nantes.

Le jugement a été mis en délibéré au 12 décembre. Lundi 28 novembre, quatre colleuses féministes nantaises comparaissaient devant le tribunal de Nantes pour rébellion. Parmi elles, Marianne Thion, dont Mediacités vous dressait le portrait la semaine dernière. Cette dernière était en plus poursuivie pour « violences sur personne dépositaire de la force publique ».

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment