Un candidat communiste sur la liste Archipel citoyen

À l’approche du dépôt des listes en préfecture, Archipel citoyen complète la demi-douzaine de places encore non attribuées. Ainsi l’universitaire et psychanalyste Marie-Jean Sauret va trouver place sur la liste conduite par l’écologiste Antoine Maurice, sans toutefois occuper une position éligible. L’arrivée de l’intellectuel communiste n’est pas tout à fait une surprise, lui qui depuis longtemps s’inscrit dans le processus Archipel citoyen. Il avait d’ailleurs été retenu parmi les 100 pré-candidats en octobre dernier, avant d’échouer à défendre sa candidature lors de la 2e phase, le 19 octobre, du fait d’un empêchement professionnel. Profitant de cette session de rattrapage, Marie-Jean Sauret se démarque de ses camarades du PCF qui participent quant à eux à la liste Une, menée par la socialiste Nadia Pellefigue.

La réponse de ces derniers ne s’est d’ailleurs pas faite attendre. Dans un communiqué daté du 17 février, le PCF de Haute-Garonne annonce que l’exclusion de son militant : « Marie Jean Sauret en décidant de ne plus soutenir le PCF et en faisant acte de candidature contre son parti ne peut plus être membre de notre organisation ».

Bruno Vincens

Il vous reste -53% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !

Précédemment dans l'Oeil

A L’Union, les deux listes se disputent « l’héritage Beyney »

Maire de 1972 à 2014, Georges Beyney a marqué à tel point l’histoire de sa commune que les deux listes en lice actuellement s’efforcent d’attirer des élus qui siégeaient dans sa majorité.

Le maire de Flourens accusé de faire campagne sur les deniers de la commune

L'opposition reproche à l’édile d’avoir annoncé sa candidature aux municipales lors de la traditionnelle cérémonie des vœux financées par la commune.