A Toulouse, cachez ce parti que l’on ne saurait voir

Afficher son appartenance à un parti politique est-il devenu une honte ? Dans le cadre de ces élections municipales à Toulouse, assurément. Sur les sites de présentation des différentes listes toulousaines, logos et affiliations se font très discrets quand ils n'ont pas tout simplement disparu.

Chez Aimer Toulouse, par exemple, aucune mention des Républicains, le parti de Jean-Luc Moudenc, sur la page d’accueil du site ou dans la biographie du maire sortant. Sa 2e colistière, Laurence Arribagé, ex-députée UMP/LR et présidente des LR 31 est présentée comme une simple « citoyenne membre d'un parti politique ». Même escamotage des autres partis qui soutiennent officiellement le maire sortant : La République en marche, le Mouvement radical, social et libéral, Agir et l'UDI.

De l’autre côté, la page d’accueil d’Archipel Citoyen mentionne – tout en bas – la liste des partis réunis pour la circonstance (EELV, LFI, Nouvelle Donne, Parti Pirate, Place Publique, Toulouse Idées Neuves et Ensemble!), mais celle des candidats fait l’impasse sur les affiliations des uns et des autres. Impossible pour le citoyen débarquant sur le site pour la première fois de connaître l'affiliation EELV de la tête de liste Antoine Maurice ou l’étiquette LFI d’Hélène Magdo (4e), par exemple.

La situation n’est pas plus claire chez Nadia Pellefigue. La tête de liste Une Nouvelle Énergie a remisé les partis dans un petit coin de sa page d’accueil. Sous la mention « avec le soutien de », le logo de son mouvement "Une" côtoie ceux du PS, du PRG, du PCF, de Vers l’Écologie Citoyenne et d’Occitanie Pais Nostre. Dans la liste des candidats, la . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Avatar de Gael Cérez
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Rédacteur en chef de Mediacités à Toulouse depuis octobre 2019.

Précédemment dans l'Oeil

La mairie veut expulser les occupants du pavillon Nanta

La mairie de Toulouse est revenue sur sa proposition de signer une convention de relogement avec les associations Abbé Pierre et à Droit au logement.

Les parents d’élèves de l’école privée et de l’école publique se disputent l’usage de la rue Merly

Cette rue étroite dessert une école maternelle publique et un lycée privé. Les parents de l'école publique voudraient la piétonniser à plein temps. Ceux de l'école privée préfèrent y circuler en voiture, avec le soutien de la mairie.