Le maire de Cugnaux en arrêt maladie pour une durée indéterminée

Question de Michel Spada à Mediacités : « Avez-vous des infos sur la situation municipale à Cugnaux ? Cordialement »

Pour celles et ceux qui n’aurait pas suivi, la commune de Cugnaux est privée de son maire depuis plusieurs mois. Élu en juin dernier sur une liste écologiste et citoyenne, Albert Sanchez (Générations) n’est plus apparu publiquement à partir de la mi-juillet. Malade, il est actuellement en convalescence et a remis les clefs de la mairie à son premier adjoint Bernard Arterro. Il s’en est expliqué, le 12 octobre, dans un communiqué, où il annonce que la date de son retour n’est pas établie et qu’il renonce à ses indemnités de maire.

Cette déclaration vient clore la polémique qui enflait depuis la rentrée entre l’opposition municipale qui s’interrogeait sur la situation de l'édile et la paralysie de sa équipe et celle-ci qui protestait du contraire, tout en faisant barrage pour préserver son chef de file.

« Tout le monde peut être malade, mais le problème est qu’ils ont refusé de communiquer sur cette absence », remarque ainsi Aurélien Andreu-Seigne, élu d’opposition (Agir). Pourquoi en effet ne pas avoir dit plus tôt qu’Albert Sanchez était malade ? « Cela a été dit en conseil municipal et aux agents », explique Frédéric Goudal, 5e adjoint délégué à l’urbanisme, tout en reconnaissant que le retour de l’édile était attendu plus rapidement, initialement. « Nous voulions envoyer une lettre aux habitants, mais Albert trouvait que le coût était trop important et que cela pouvait attendre le prochain journal municipal, ajoute-t-il. Finalement, comme il y a eu une forte attente, nous avons fait ce communiqué. »
Une commune paralysée . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Avatar de Gael Cérez
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Rédacteur en chef de Mediacités à Toulouse depuis octobre 2019.

Posez-nous vos questions


Les dernières réponses de Veracités