Altice Médias rompt ses relations avec Vià Groupe

Coup de tonnerre dans le ciel médiatique régional. Le groupe Vià, propriétaire du réseau éponyme de chaînes de télévision locales, dont Vià Occitanie, vient d’annoncer le retrait d’Altice Médias du projet de création de BFM-Vià-Régions. Avalisée par le CSA le 31 mars 2020, la naissance de cette co-entreprise, qui devait notamment conduire au lancement de BFM Toulouse, a sans cesse été repoussée depuis lors. « Vià Groupe doit désormais s’attacher à tout mettre en œuvre pour préserver le projet du réseau Vià, ses 5 chaînes locales en propre – en Occitanie et en Martinique -, et ses 120 salariés en France Métropole et Outre-Mer », explique dans un communiqué le groupe, basé dans le Gard, et en proie à des difficultés financières.

Selon Les Échos, la motivation à cette rupture s’expliquerait notamment par la découverte tardive d’une dette deux à trois fois supérieure à celle qui avait été présentée par le groupe Vià à son ex-futur partenaire. Ce que confirme Arthur Dreyfuss, directeur général d'Altice Médias dans une déclaration transmise via son service de communication : « Les conditions du partenariat entre BFM Régions et Vià Groupe à 50-50 n'étaient absolument plus réunies à l'issue d'un audit approfondi que nous avons mené et qui a révélé un certain nombre d’incohérences et un niveau de dette substantiellement plus important qu'au début des discussions. (...) La réalité économique financière et commerciale du réseau Vià révélée par l'audit que nous avons mené nous a conduit à mettre un terme aux discussions. Nous avons évidemment informé le CSA de cette nouvelle situation ».

Du côté de Vià Groupe, c'est l'incrédulité. « Un cabinet spécialisé mandaté par Altice suit les comptes de la société depuis 12 mois », souligne Christophe Musset, président de Vià Groupe. « Je ne peux pas croire qu’après 14 mois d’étude et d’accès à tous les comptes et de quasi cogestion, le groupe Altice découvre quoique ce soit. Quand on veut tuer son chien on l’accuse d’avoir la rage », réagit pour sa part Jean Brun, directeur de l’information et des programmes de Vià.

La nouvelle provoque en tous cas une vive inquiétude chez les salariés, même si le mois de novembre a pu leur être payé. « On a l'impression qu'on se moque de nous. On s'attend à être tous au chômage en janvier !», confie l'un d'eux. Le patron de Vià Groupe avait confié à Mediacités qu’une telle situation pourrait conduire la société à la cessation de paiement.

Frédéric Dessort

Précédemment dans l'Oeil

Podcastine : Collaborateurs illégaux en Haute-Garonne : quand on aime, on ne compte pas

Notre journaliste Etienne Merle raconte son enquête au micro de Podcastine.

Mix’Art Myrys menace d’assigner Toulouse Métropole en justice

Le collectif a adressé avant l’été une mise en demeure à la métropole, afin de réclamer la réalisation des travaux de mise en conformité.