Altice Médias prête à engager un million d’euros pour racheter Vià Occitanie

BFM TV s’installera-t-elle finalement à Toulouse et Montpellier ? Un dernier rebondissement dans la procédure de redressement judiciaire des antennes de Vià Occitanie, engagée depuis le 3 février au tribunal de commerce de Nîmes, le laisse supposer.

Selon nos informations, le groupe Altice France, maison mère de BFM TV, a surgi en dernière minute pour faire une proposition, quelques heures avant la clôture des offres de reprise. La société est en effet prête à engager la somme d’un million d’euros afin de récupérer les fréquences de Vià Occitanie et, probablement, de régler une partie des créances. Soit quatre fois plus que le groupe La Dépêche qui a misé la somme de 250 000 euros. Altice s’engage en outre à reprendre 45 salariés sur les 120 du groupe Vià, alors que le groupe de presse régional a présenté un projet d’intégration de 31 salariés.

Ce retour dans le jeu de la société dirigée par Alain Weill n’est qu’une demi-surprise. Altice avait certes abandonné son projet de création d’une co-entreprise avec les chaînes du réseau Vià, estimant trop importantes les dettes qui accablent ce groupe. Mais, Arthur Dreyfuss, directeur général d'Altice Médias France, nous avait néanmoins indiqué le 2 décembre dernier que, malgré sa décision, « l’ambition de BFM en régions demeur[ait] intacte ».

D'après nos informations, le groupe La Dépêche se serait d’ores et déjà aligné sur l’offre d’Altice. In fine, le tribunal de commerce de Nîmes va statuer, le 8 avril, pour désigner le repreneur. Ce que nous confirme Olivier Fabre, l’administrateur judiciaire qui a été désigné pour conduire le redressement judiciaire du groupe Vià . Tout en ne souhaitant pas s’exprimer davantage dans la mesure où il est soumis au « secret du délibéré ». Sollicité, Olivier Roirand, secrétaire du CSE de Vià Groupe, la holding des antennes de Vià Occitanie, n’a pas non plus souhaité donner de précisions.   

Précédemment dans l'Oeil

L’Ordre des avocats et l’Observatoire international des prisons demandent au ministère de la Justice d’améliorer les conditions de détention à Seysses

Ils demandent à la justice de forcer l’État à tenir compte du rapport de la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté.

Le député LR Aurélien Pradié se dote d’un micro-parti

L’ancienne tête de liste Les Républicains aux élections régionales vient, à son tour, de créer son micro-parti. Une structure qui a vocation à perdurer, même si son mouvement politique restera Les Républicains.