Altice Médias prête à engager un million d’euros pour racheter Vià Occitanie

BFM TV s’installera-t-elle finalement à Toulouse et Montpellier ? Un dernier rebondissement dans la procédure de redressement judiciaire des antennes de Vià Occitanie, engagée depuis le 3 février au tribunal de commerce de Nîmes, le laisse supposer.

Selon nos informations, le groupe Altice France, maison mère de BFM TV, a surgi en dernière minute pour faire une proposition, quelques heures avant la clôture des offres de reprise. La société est en effet prête à engager la somme d’un million d’euros afin de récupérer les fréquences de Vià Occitanie et, probablement, de régler une partie des créances. Soit quatre fois plus que le groupe La Dépêche qui a misé la somme de 250 000 euros. Altice s’engage en outre à reprendre 45 salariés sur les 120 du groupe Vià, alors que le groupe de presse régional a présenté un projet d’intégration de 31 salariés.

Ce retour dans le jeu de la société dirigée par Alain Weill n’est qu’une demi-surprise. Altice avait certes abandonné son projet de création d’une co-entreprise avec les chaînes du réseau Vià, estimant trop importantes les dettes qui accablent ce groupe. Mais, Arthur Dreyfuss, directeur général d'Altice Médias France, nous avait néanmoins indiqué le 2 décembre dernier que, malgré sa décision, « l’ambition de BFM en régions demeur[ait] intacte ».

D'après nos informations, le groupe La Dépêche se serait d’ores et déjà aligné sur l’offre d’Altice. In fine, le tribunal de commerce de Nîmes va statuer, le 8 avril, pour désigner le repreneur. Ce que . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Précédemment dans l'Oeil

Plus d’un milliard d’euros de dividendes : malgré le Covid, Vinci ne connaît pas la crise

Avec ou sans coronavirus, l'exploitation des autoroutes et des aéroports tire toujours les bénéfices du géant français du BTP. Des activités pour lesquelles ses filiales bénéficient d’aides publiques, via le chômage partiel, sans s’interdire parfois de licencier, comme à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry.

La Dépêche du Midi désignée pour reprendre Vià Occitanie

L'offre d'Altice Médias - jugée juridiquement irrecevable, n'a pas été retenue par le tribunal de commerce de Nîmes.