Le site de Mix'Art Myrys à Toulouse, fermé administrativement par la mairie depuis janvier / © Gael Cérez

Mix’Art Myrys menace d’assigner Toulouse Métropole en justice

Depuis sa fermeture administrative, le 20 janvier dernier par arrêté municipal, pour non-respect des normes requises pour l’accueil du public, Mix’Art Myrys n'a plus le droit d'exercer ses activités dans son entrepôt du quartier des Ponts-Jumeaux. Le collectif d’artistes n’a pas pu renouer le dialogue avec la métropole, qui lui a par ailleurs supprimé ses subventions. Après neuf mois de silence, le ton pourrait se durcir dans les prochains jours.

Mix’art Myrys a adressé avant l’été une mise en demeure à la métropole, afin de réclamer la réalisation des travaux de mise en conformité auxquels la collectivité s’est engagée lors du rachat du lieu en 2018. La nécessité de ces travaux était déjà mentionnée dans la convention de 2006, liant la Drac Midi-Pyrénées, le conseil régional et le conseil départemental de la Haute-Garonne, et signée par Jean-Luc Moudenc, maire de l’époque, un an après l’arrivée du collectif rue Ferdinand Lassalle.

Malgré une étude commanditée par la mairie en 2015, qui chiffrait ces travaux entre 7 et 10 millions d’euros, Toulouse métropole affirme avoir défendu depuis plusieurs années un plan de rénovation de l’ordre de 3 millions d’euros (voir notre article de mars). Un montant jugé insuffisant par le collectif pour une rénovation convenable des 5000 m² d’entrepôts, et notamment des normes incendie.

Selon nos informations, malgré une relance de Mix’art Myrys début septembre, aucun processus de conciliation n’a pour . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Armelle Parion
Armelle Parion collabore avec Mediacités Toulouse depuis octobre 2018, enthousiaste d’avoir trouvé un média qui fait la part belle aux enquêtes. Correspondante pendant neuf ans pour le Parisien-Aujourd’hui en France, elle a aussi travaillé pour la radio (Radio France, Radio Solidaire) ainsi que des supports économiques (Touléco) et culturels (Lettre du spectacle).

Précédemment dans l'Oeil

Législatives : la majorité présidentielle investit le fils Baudis dans une circonscription stratégique

Les doutes que nous émettions au sujet de l’investiture par le parti présidentiel de Pierre Cabaré étaient fondés. Ce n’est pas le député sortant, ardent défenseur d’Airbus dont nous avons dressé le bilan dans Mediacités, qui a été choisi pour représenter la première circonscription de Haute-Garonne sous la bannière “Ensemble” de la majorité présidentielle réunissant […]

Toulouse Métropole prise en flagrant délit d’ingérence syndicale 

La collectivité a exclu deux syndicalistes de la CFDT siégeant à son CHSCT, pour les remplacer par des représentants du personnel dissidents. Une décision sur laquelle elle a dû revenir suite aux protestations du syndicat.