Encore un déficit ! Après plusieurs exercices annuels négatifs (5 millions d’euros en 2017), l’Institut Pasteur de Lille (IPL) a accusé une nouvelle perte d’exploitation de 3,5 millions d’euros en 2018 sur un budget de 24,8 millions d’euros. Jacques Richir, président du conseil d’administration, se veut pourtant rassurant : « Cela correspond exactement à nos prévisions. » L’adjoint au maire de Lille se réjouit même du quasi‐maintien du niveau des dons et legs, importante source de financement de l’établissement : la baisse a été limitée à 4 %, quand l’Institut Pasteur de Paris, lui, a vu cette ligne chuter suite aux réformes concernant les déductions fiscales.

Il n’empêche : Didier Bonneau, le directeur adjoint de la fondation lilloise, a semé l’effroi dans la maison en traduisant ce manque à gagner en termes d’emplois : le déficit équivaut au coût de 44 postes salariés de chercheurs. Une déclaration qui n’était pas de nature à apaiser le lourd climat social dans l’entreprise, que nous décrivions en juin 2018. « C’était une manière très chiffrée de représenter les choses, commente Jacques Richir. Il n’est pas question de plan social ; je l’ai confirmé au comité d’entreprise et aux délégués syndicaux. Nous tablons toujours sur un retour à l’équilibre financier en 2022–2023. »

Comment l’IPL compte‐t‐il y parvenir ? En réduisant des dépenses de fonctionnement et en agissant quand‐même sur la masse salariale : « un certain nombre » de départs …

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !